Érythrisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L'érythrisme ou érythrochromie (du grec ancien ἐρυθρός / e̍rythrós « rouge ») désigne un ensemble de phénotypes caractérisés par la couleur rouge des téguments sur toute la surface de l'anatomie de l'animal ou par zones (peau, pelage, plumage, œufs[1]).

Cas d'érythrisme chez un putois

Causes[modifier | modifier le code]

L'érythrisme est dû à :

  • des mutations génétiques : certains gènes interfèrent avec la différenciation ou la migration des chromatophores et des mélanocytes issus de la crête neurale lors de l’embryogenèse, ce qui entraînent une absence de pigment normale et / ou une production excessive d'autres pigments [2];
  • l'alimentation, comme pour les abeilles qui se nourrissent de jus de marasquin[3].

L'érythrisme chez les sauterelles[modifier | modifier le code]

La coloration rose ou rougeâtre peut être un camouflage qui aide certains individus à leur survie dans un milieu composé de plantes rouges[4]. Il est également admis que la mutation érythrique est en fait un trait dominant chez les espèces de sauterelle, même si elle est défavorable, en raison de la coloration majoritairement verte de leur biotope. Par conséquent, la plupart des sauterelles de couleur rose ou d'autres couleurs vives ne survivent pas à l'âge adulte, et cette observation explique leur rareté[5].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dariusz Bukaciński et Monika Bukacińska, Production of Erythristic Eggs by the Black-Headed Gull in Poland, 1997, in journal de la "Wilson Ornithological Society", volume 109, pages 177–182
  2. Helen Hays et Kenneth C. Parkes, Erythristic Eggs in the Common Tern, 1993, in J. Field Ornithol, volume 64, pages 341–345, Association of Field Ornithologists
  3. Sarah Schmidt, Helping Brooklyn's Red Stingers Get Off The Juice, onearth.org, December 1, 2010
  4. Gary Noel Ross, Pretty in pink, in Natural History, Juin 2003
  5. Easier Being Green, Mars 2013, in National Geographic, page 19

Liens externes[modifier | modifier le code]