Émile Vitta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Émile Vitta
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 87 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Fratrie

Le baron Émile Vitta (né le à Lyon et mort le à Paris) est un poète, explorateur, philanthrope et collectionneur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né d'une famille de banquiers établis depuis longtemps à Casale Monferrato en Piémont. Son père Jonas Vitta, banquier et commanditaire de l'hôtel Vitta, est fait baron par le roi Victor Emmanuel Ier pour services rendus au royaume de Sardaigne. Sa mère, Hélène Oppenheimer, est également d'une famille de banquiers. Il est le frère de Fanny Vitta et de Joseph Vitta.

Il est délégué général de l'Université populaire du faubourg Saint-Antoine. Il fonde l'Association nationale des orphelins de la guerre à Étretat en 1914[1].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Poèmes de guerre, septembre-octobre-, 1940
  • Le Rythme universel, 1932
  • La Promenade franciscaine, 1926, 1927, 1933
  • À Chalis, 1928
  • À travers un vitrail. Poésies dessins de Willette et de Boutet de Monvel, 1892
  • Passage sur terre : poème en sept recueils, 1938
  • La Chevauchée de Jeanne, [1934]
  • Le Lac des pleurs et quelques autres poésies nouvelles, 1926
  • Poèmes, 1934
  • Pierrette au Mont de piété et quelques autres poésies, 1925
  • Farandole de Pierrots : poésies, 15 dessins d'Adolphe Léon Willette, Paris, Vanier, 1890
  • La Promenade châlisienne, [1933]
  • Le Mur, 1929

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mathias Gardet, Histoire des PEP: pupilles de l'école publique, Volume 1, éditions Beauchesne, 2008

Sources[modifier | modifier le code]

  • André Dumas, Poètes nouveaux: morceaux choisis accompagnés de notices bio- et bibliographiques et de nombreux autographes, Librairie Delagrave, 1937
  • Henri Bremond, Georges Goyau, Joseph Ageorges, Manuel de la littérature catholique en France de 1870 à nos jours, Éditions Spes, 1939
  • Gilles Picq, Laurent Tailhade ou de la provocation considérée comme un art de vivre, Maisonneuve et Larose, 2001

Liens externes[modifier | modifier le code]