Émile St-Onge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Émile St-Onge
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité

Émile St-Onge (1922 - ) était un historien québécois.

Biographie[modifier | modifier le code]

Émile St-Onge a surtout œuvré, par la biais de nombreux articles dans les journaux (The Gleaner/La Source de Huntingdon, Le Soleil et le St-François de Salaberry-de-Valleyfield) à la promotion de l'histoire du Suroît, principalement du Haut-Saint-Laurent et de Beauharnois-Salaberry. Il était un militant de la défense de langue française, de l'enseignement de l'histoire, du respect du drapeau québécois, et de l'indépendance du Québec[1],[2]; et un syndicaliste au sein de l'Alliance de la Fonction publique du Canada.

Il a construit dans les années 1970, le barrage St-Onge dans le hameau de Trout-River à Elgin au Québec[1],[3],[4],[5].

Il reçoit en 2003 la médaille de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal et est décrit par Jean Dorion comme "l'exemple même du patriote" [2],[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Mario Pitre, « Décès d'Émile St-Onge », Le Soleil, Valleyfield,‎ (lire en ligne)
  2. a et b Patrice Laflamme, « Émile St-Onge récipiendaire de la médaille de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal », La Source, Huntingdon,‎ , p. 15
  3. Commission de toponymie du Québec, « Barrage St-Onge », sur Topos sur le web (consulté le 13 mai 2010)
  4. Mario Pitre, « Un barrage nommé en l'honneur d'un Campivallensien », Le Soleil, Valleyfield,‎
  5. Patrice Laflamme, « Un nouveau nom pour le barrage sur la rivière à la Truite », La Source, Huntingdon,‎ , p. 15

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]