Élections régionales de 1999 en Brandebourg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Élections régionales de 1999 en Brandebourg
89 députés du Landtag
Majorité absolue : 45 députés
Type d’élection Élection parlementaire
Corps électoral et résultats
Inscrits 2 056 834
Votants 1 116 874
54,30 %  −2
Votes exprimés 1 102 360
Votes nuls 14 514
Manfred Stolpe.JPG SPD – Manfred Stolpe
Voix 433 521
39,33 %
 −14,8
Députés élus 37  −15
Joerg Schoenbohm 01.jpg CDU – Jörg Schönbohm
Voix 292 634
26,55 %
 +7,8
Députés élus 25  +7
Lothar Bisky PDS, Variante b.JPG PDS – Lothar Bisky
Voix 257 309
23,34 %
 +4,6
Députés élus 22  +4
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
DVU – Liane Hesselbarth
Voix 58 247
5,28 %
 +5,3
Députés élus 5  +5
3e législature du Landtag
Diagramme
Ministre-président
Sortant Élu
Manfred Stolpe
SPD
Manfred Stolpe
SPD

Les élections régionales de 1999 en Brandebourg (en allemand : Landtagswahl in Brandenburg 1999) se tiennent le , afin d'élire les 88 députés de la 3e législature du Landtag, pour un mandat de cinq ans. Du fait de la loi électorale, 89 députés ont été élus.

Le scrutin est marqué par la victoire du Parti social-démocrate d'Allemagne, au pouvoir depuis , qui chute lourdement et perd sa confortable majorité absolue. Le ministre-président Manfred Stolpe assure sa reconduction en formant une « grande coalition » avec l'Union chrétienne-démocrate d'Allemagne.

Contexte[modifier | modifier le code]

Lors des élections régionales du , seuls trois partis parviennent à franchir le seuil des 5 % des suffrages exprimés pour entrer au Landtag.

Avec 54,1 % des voix, le SPD du ministre-président Manfred Stolpe progresse de 16 points et s'adjuge une large victoire. Il remporte en effet la totalité des 44 circonscriptions à pourvoir et fait élire 52 députés. La CDU est reléguée loin derrière, totalisant 18,7 % des suffrages, soit un recul de l'ordre de 11 points, et 18 parlementaires. Elle devance le PDS d'à peine 80 bulletins de vote, ce dernier s'offrant une progression de cinq points, ce qui lui donne aussi 18 sièges.

À l'inverse, les Grünen et le FDP — partenaire du SPD dans le cadre d'une « coalition en feu tricolore » — s'effondrent en perdant six et quatre points respectivement. Tous deux perdent ainsi leur représentation parlementaire et obtiennent moins de 3 % des voix.

Mode de scrutin[modifier | modifier le code]

Le Landtag est constitué de 88 députés (en allemand : Mitglied des Landtags, MdL), élus pour une législature de cinq ans au suffrage universel direct et suivant le scrutin proportionnel de Hare/Niemayer.

Chaque électeur dispose de deux voix : la première (en allemand : Wahlkreisstimme) lui permet de voter pour un candidat de sa circonscription selon les modalités du scrutin uninominal majoritaire à un tour, le Land comptant un total de 44 circonscriptions ; la seconde voix (en allemand : Landesstimme) lui permet de voter en faveur d'une liste de candidats présentée par un parti au niveau du Land.

Lors du dépouillement, l'intégralité des 88 sièges est répartie à la proportionnelle sur la base des secondes voix uniquement, à condition qu'un parti ait remporté 5 % des voix au niveau du Land — sauf le parti représentant la minorité sorabe — ou un mandat au scrutin uninominal. Si un parti a remporté des mandats au scrutin uninominal, ses sièges sont d'abord pourvus par ceux-ci.

Dans le cas où un parti obtient plus de mandats au scrutin uninominal que la proportionnelle ne lui en attribue, la taille du Landtag est augmentée jusqu'à rétablir la proportionnalité.

Campagne[modifier | modifier le code]

Principaux partis[modifier | modifier le code]

Parti Chef de file Résultat en 1994
Parti social-démocrate d'Allemagne
Sozialdemokratische Partei Deutschlands
Manfred Stolpe
(Ministre-président)
54,1 % des voix
52 députés
Union chrétienne-démocrate d'Allemagne
Christlich Demokratische Union Deutschlands
Jörg Schönbohm 18,7 % des voix
18 députés
Parti du socialisme démocratique
Partei des Demokratischen Sozialismus
Lothar Bisky 18,7 % des voix
18 députés
Union populaire allemande
Deutsche Volksunion
Liane Hesselbarth absent
0 député

Sondages[modifier | modifier le code]

Sondages en vue des élections régionales de 1999 en Brandebourg[1]
Institut Date CDU SPD Grünen FDP PDS DVU
dimap 27/08/1999 23 % 44 % 2 % 1 % 23 % 5 %
dimap 18/08/1999 27 % 42 % 3 % 3 % 20 % 3 %
Forsa 12/08/1999 23 % 44 % 2 % 2 % 23 % 4 %
Infratest dimap 09/07/1999 29 % 42 % 3 % 1 % 20 %
dimap 26/06/1999 27 % 40 % 3 % 2 % 21 %
Infratest dimap 29/05/1999 25 % 50 % 3 % 2 % 18 %
Infratest dimap 26/03/1999 23 % 51 % 3 % 2 % 18 %
Dernières élections 11/09/1994 18,1 % 54,1 % 2,9 % 2,2 % 18,7 % 0,0 %

Résultats[modifier | modifier le code]

Voix et sièges[modifier | modifier le code]

Résultats des élections régionales de 1999 en Brandebourg
Partis Circonscriptions Sièges proportionnels Total des sièges
Votes % Sièges +/− Votes % Sièges Total +/−
Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD) 417 377 38,16 37 en diminution 7 433 521 39,33 0 37 en diminution 15
Union chrétienne-démocrate d'Allemagne (CDU) 313 745 28,68 2 en augmentation 2 292 634 26,55 23 25 en augmentation 7
Parti du socialisme démocratique (PDS) 276 340 25,26 5 en augmentation 5 257 309 23,34 17 22 en augmentation 4
Union populaire allemande (DVU) 0 0,00 0 en stagnation 58 247 5,28 5 5 en augmentation 5
Autres 86 442 7,90 0 en stagnation 60 649 5,50 0 0 en stagnation
Votes valides 1 093 904 97,94 1 102 360 98,70
Votes blancs et nuls 22 970 2,06 14 514 1,30
Total 1 116 874 100 44 - 1 116 874 100 45 89 en augmentation 1
Abstentions 939 960 45,70 939 960 45,70
Nombre d'inscrits / participation 2 056 834 54,30 2 056 834 54,30

Analyse[modifier | modifier le code]

Le recul du SPD, anticipé par les sondages depuis , est sévère : il perd 146 900 voix et 15 députés, récupérant ainsi un mandat supplémentaire grâce aux premières voix. Son effondrement profite à la CDU, qui engrange 91 900 suffrages nouveaux et sept parlementaires supplémentaires, ainsi qu'au PDS, qui lui prend cinq des sept circonscriptions qu'il perd et gagne 56 700 deuxièmes voix de plus. Le scrutin est également marqué par la percée de l'extrême droite avec l'entrée de la DVU au Landtag grâce à un score d'un peu plus de 5 %, alors que Les Républicains s'étaient contenté de 1,1 % cinq ans plus tôt.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Manfred Stolpe forme une « grande coalition » entre le Parti social-démocrate et l'Union chrétienne-démocrate et est investi pour un troisième mandat le .

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (de) « Sonntagsfrage – Brandeburg (Wahlumfrage, Wahlumfragen) », sur wahlrecht.de (consulté le 1er octobre 2017).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]