Élections législatives lituaniennes de 2012

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Précédent 2008 Drapeau de la Lituanie 2016 Suivant
Élections législatives lituaniennes de 2012
  
52,58 %
Représentation de l'assemblée
Diagramme
Gouvernement
Sortant
Élu
Législature élue
VIe

Les élections législatives lituaniennes de 2012 (2012 m. Lietuvos Respublikos Seimo rinkimai en lituanien) sont les onzièmes (sixièmes depuis le rétablissement de l'indépendance en avril 1990) élections des membres du Seimas de la République de Lituanie. Elles se sont tenues les 14 et 28 octobre 2012 afin d'élire les cent quarante et un députés de la sixième législature du Seimas.

Contexte[modifier | modifier le code]

À l'occasion des élections législatives des 12 et 26 octobre 2008, l'Union patriotique - Chrétiens-démocrates lituaniens (TS-LKD) avait viré en tête avec 45 députés. Elle avait alors formé une coalition, forte de 80 sièges, avec le Parti de la résurrection nationale (TTP), le Mouvement libéral de la République de Lituanie (LRLS) et l'Union centriste et libérale (LiCS), portant Andrius Kubilius au poste de Premier ministre de Lituanie.

Le 17 mai 2009, la commissaire européenne Dalia Grybauskaitė, soutenue par l'alliance au pouvoir, est élue présidente de la République avec 69 % des voix dès le premier tour, très loin devant le président du Parti social-démocrate de Lituanie (LSDP) et chef de l'opposition, Algirdas Butkevičius. À peine trois semaines plus tard, aux élections européennes, la TS-LKD arrive en première position, suivie du LSDP.

En septembre 2011, le TTP, ayant perdu beaucoup de ses députés et fortement reculé dans les sondages, fusionne avec la LiCS, laissant le gouvernement Kubilius II à 71 sièges sur 141 au Seimas.

Partis et chefs de file[modifier | modifier le code]

Parti Tête de liste Idéologie Résultats en 2008
Union patriotique - Chrétiens-démocrates lituaniens
Tėvynės sąjunga - Lietuvos krikščionys demokratai
Andrius Kubilius
(Premier ministre)
Centre-droit
Conservatisme, démocratie chrétienne, libéralisme
19,7 % des voix
45 députés
Ordre et justice
Tvarka ir teisingumas
Rolandas Paksas Droite
Libéral-conservatisme, populisme, euroscepticisme
12,7 % des voix
15 députés
Parti social-démocrate de Lituanie
Lietuvos socialdemokratų partija
Algirdas Butkevičius Centre-gauche
Social-démocratie, progressisme
11,7 % des voix
25 députés
Parti du travail
Darbo partija
Viktoras Uspaskich Centre
Social-libéralisme, populisme
9,0 % des voix
10 députés
Mouvement libéral de la République de Lituanie
Lietuvos Respublikos Liberalų sąjūdis
Eligijus Masiulis
(Ministre des Transports)
Centre-droit
Libéralisme, populisme
5,7 % des voix
11 députés
Union centriste et libérale
Liberalų ir centro sąjunga
Algis Čaplikas Centre-droit
Libéralisme
5,3 % des voix
8 députés

Résultats[modifier | modifier le code]

Scores[modifier | modifier le code]

  • Résultats fournis par la commission électorale lituanienne[1].
Parti Suffrages +/- Prop. +/- MU2 +/- Total +/-
Parti du travail (DP) 255 290 20,15 % en augmentation 11,16 17 en augmentation 9 12 en augmentation 10 29 en augmentation 19
Parti social-démocrate de Lituanie (LSDP) 235 184 18,56 % en augmentation 6,84 15 en augmentation 5 23 en augmentation 8 38 en augmentation 13
Union patriotique - Chrétiens-démocrates lituaniens (TS-LKD) 187 143 14,77 % en diminution 4,95 13 en diminution 5 20 en diminution 7 33 en diminution 12
Mouvement libéral de la République de Lituanie (LRLS) 104 691 8,26 % en augmentation 2,53 7 en augmentation 2 3 en diminution 3 10 en diminution 1
La Voie du courage (DK) 99 979 7,89 % en augmentation 7,89 7 en augmentation 7 0 en stagnation 7 en augmentation 7
Ordre et justice (TT) 94 013 7,42 % en diminution 5,26 6 en diminution 5 5 en augmentation 1 11 en diminution 4
Action électorale polonaise de Lituanie (LLRA) 74 431 5,87 % en augmentation 1,08 5 en augmentation 5 3 en stagnation 8 en augmentation 5
Union agraire et verte lituanienne (LVŽS) 50 461 3,98 % en augmentation 0,25 0 en stagnation 1 en diminution 2 1 en diminution 2
Union centriste et libérale (LiCS) 26 277 2,07 % en diminution 3,27 0 en diminution 5 0 en diminution 3 0 en diminution 8
Autres 6,79 % N/A 0 en stagnation 4 en stagnation 4 en stagnation
TOTAL (participation : 52,58 %) 100,00 % n/a 70 en stagnation 71 en stagnation 141 en stagnation

Analyse[modifier | modifier le code]

Le scrutin marque la nette défaite des partis de centre-droit au pouvoir. D'après une journaliste francophone écrivant pour Regard sur l'Est, ce sont les politiques d'austérité qui ont assuré la défaite du premier ministre conservateur. Dès le soir du premier tour, les Sociaux-démocrates ont formé un pacte de gouvernement avec les populistes d'Ordre & Justice[2].

Les résultats dans la circonscription de Visaginas-Zarasai furent annulés suite à l'affaire des achats de voix qui éclaté au mois de novembre[2].

Conséquences[modifier | modifier le code]

Les négociations pour la formation du gouvernement prirent cinq semaines[3], un temps relativement long, du fait de l'opposition de la présidente de la République, Dalia Grybauskaitė, à l'entrée au gouvernement du Parti du travail. Celui-ci est mené par un millionnaire et immigré russe, Viktor Uspaskich, ancien ministre, poursuivi pour blanchiment d'argent et fraude[2]. Pire, durant les discussions, une affaire d'achat de voix éclate et éclabousse à nouveau le Parti du travail (10 des 18 informations judiciaires le concernant)[2]. Finalement, Algirdas Butkevičius est parvenu à former un gouvernement de coalition entre les sociaux-démocrates (LSDP), les populistes sociaux-libéraux du Parti du travail (DP) et les populistes conservateurs de Ordre et justice (TT), selon sa volonté initiale. La Présidente s'est rebattue sur l'attribution des ministères[3]. L'exécutif a également le soutien de la LLRA, ce qui devrait initier de meilleures relations avec la Pologne[3].

Le gouvernement Butkevičius a reçu l'investiture du Seimas le 12 décembre.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [1]
  2. a, b, c et d Regard sur l'Est, « Marathon politique en Lituanie », Marielle Vitureau, 1er décembre 2012
  3. a, b et c « Présentation de la Lituanie : Composition du gouvernement de la République de Lituanie », France Diplomatie, 14 décembre 2012