Élection présidentielle kényane d'octobre 2017

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Élection présidentielle kényane d'octobre 2017
Corps électoral et résultats
Inscrits 19 611 423
Votants 7 653 930
39,03 % en diminution 38

Votes blancs et nuls 37 713
Uhuru Kenyatta 2015.jpg Uhuru Kenyatta – Jubilee
Voix 7 483 895
98,26 %
en augmentation 44,1
Raila Amolo Odinga.jpg Raila Odinga – Mouvement démocrate orange
Voix 73 228
0,96 %
en diminution 44
Président de la République du Kenya
Sortant Élu
Uhuru Kenyatta
Jubilee
Uhuru Kenyatta
Jubilee
IEBC

L'élection présidentielle kényane d'octobre 2017 a lieu le afin d'élire le président et le vice président de la république du Kenya[1],[2],[3],[4].

La date du est initialement annoncée le par la Commission indépendante électorale et des circonscriptions (en) à la suite de l'annulation par la Cour suprême, le , de l'élection présidentielle qui avait eu lieu le 8 août[5]. Le , la présidentielle est reportée au par l'IEB[6].

Contexte[modifier | modifier le code]

L'élection intervient trois mois à peine après la précédente. L'élection d’août 2017 tenue en même temps que les élections parlementaires voit en effet le président sortant Uhuru Kenyatta et son colistier William Ruto l'emporter au premier tour avec 54,17 % des voix sur le principal candidat de l'opposition, Raila Odinga et son colisiter Kalonzo Musyoka, mais le scrutin est annulé à la surprise générale par la Cour suprême saisie en recours par Odinga[7]. La Cour juge en effet que le décompte des voix s'est fait en violation de la constitution : sur les quelques 41 000 documents attestant du décompte devant être fournis par la commission électorale, plus d'un quart sont manquants, invalides ou présentent des irrégularités. Le nombre important de ces documents valides manquants porte ainsi le doute sur plus de sept millions de voix, soit bien plus que le million et demi séparant Kenyatta d'Odinga[8]. La Cour annule par conséquent l'élection et ordonne la tenue d'un nouveau scrutin, une première dans le pays[7].

Compte tenu de l'annulation de l'élection présidentielle d'août 2017, le scrutin d'octobre 2017 est organisé selon des modalités exceptionnelles. Ainsi, seuls les candidats ayant eu plus de 1 % de suffrage peuvent participer au scrutin, désignant de facto Uhuru Kenyatta et Raila Odinga comme seuls candidats, départagés au cours d'un scrutin unique[9].

Critiquant la date du scrutin qu'il juge unilatérale, Odinga exige pour y participer un audit du système électronique, la démission de la Commission électorale, et la possibilité pour d'autres candidats de participer au scrutin[10] comme le garantit la Constitution[11]. Le , sept membres de la commission électorale, dont le président de l'institution et le responsable informatique sont écartés, la nomination d'une nouvelle équipe les remplaçant dans leurs attributions, sans qu'ils ne soient officiellement renvoyés[12].

Le , au lendemain du retrait d'Odinga du scrutin, le Parlement vote une loi permettant la victoire par défaut du candidat encore en lice lors de la présidentielle, ici Kenyatta[13]. La Cour suprême a estimé dans un précédent jugement qu'un tel retrait provoquait l'annulation du scrutin avec un nouvel appel à candidature pour une nouvelle élection[14]. Kenyatta fait également appel de la réintégration des autres candidats[15].

Le , une membre de la commission électorale démissionne[16].

Système électoral[modifier | modifier le code]

Le président de la République du Kenya est élu selon une version modifiée du scrutin uninominal majoritaire à deux tours pour un mandat de cinq ans, renouvelable une fois. Pour remporter le premier tour, un candidat doit obtenir la majorité absolue des votes ainsi que 25 % des votes dans plus de la moitié des 47 comtés. À défaut, un second tour a lieu entre les deux candidats ayant obtenu le plus grand nombre de votes au premier tour, et celui recueillant le plus de votes est déclaré élu[17].

Candidatures[modifier | modifier le code]

Les candidats enregistrés par la Commission indépendante électorale et des circonscriptions (en) sont :

Le , alors qu'une loi stipulant que le retrait d'un candidat de la présidentielle impliquait automatiquement la victoire du candidat encore en lice est en préparation, et qu'une partie des membres de l'opposition aient fait défection en faveur de Kenyatta et que d'autres se soient contentés d'exercer leurs nouveaux mandats de parlementaires, Raila Odinga annonce retirer sa candidature et réclame un nouveau scrutin[19],[20]. Cependant, il poursuit ses meetings et ne fait pas de démarche officielle pour retirer sa candidature[21].

Le , tous les candidats du scrutin d'août sont autorisés à participer à la nouvelle élection[22].

Déroulement[modifier | modifier le code]

Du fait de violences, le scrutin est initialement reporté au 28 octobre dans 4 comtés du pays[23] puis annulé.

Résultats[modifier | modifier le code]

Résultats de l'élection
présidentielle kényane d'octobre 2017[24]
Candidats
et colistiers
Partis Voix %
Uhuru Kenyatta
William Ruto
Jubilé 7 483 895 98,26
Raila Odinga
Kalonzo Musyoka
NASA 73 228 0,96
Ekuru Aukot
Emmanuel Nzai
TAK 21 333 0,28
Abduba Dida
Titus Ngetuny
ARC 14 107 0,19
Japheth Kaluyu
Muthiora Kariara
SE 8 261 0,11
Michael Wainaina
Miriam Mutua
SE 6 007 0,08
Joseph Nyagah
Moses Marango
SE 5 554 0,07
Cyrus Jirongo
Joseph Momanyi
UDP 3 832 0,05
Votes valides 7 616 217 99,51
Votes blancs et nuls 37 713 0,49
Total 7 653 930 100
Abstention 11 957 493 60,97
Inscrits / participation 19 611 423 39,03

Réactions[modifier | modifier le code]

Le , les résultats sont de nouveau contestés, cette fois-ci par deux citoyens dénommés George Bush et John Chengo[25], l'ancien député John Harun Mwau, les deux responsables d'ONG, Njonjo Mue, président de la branche kenyane de la Commission internationale des juristes, et Khelef Khalifa, directeur de l’organisation musulmane de défense des droits humains Muhuri[26].

Conséquences[modifier | modifier le code]

Le , la Cour suprême rejette à l'unanimité les recours contre le scrutin[27]. Le président Uhuru Kenyatta prête serment le [28].

Le , Odinga s'autoproclame « président du peuple »[29], puis le gouvernement met fin à la diffusion de trois chaînes ayant diffusé la cérémonie et fait arrêter un député de la NASA (National Super Alliance, une alliance des partis de l'opposition dont fait partie l'ODM) ayant participé à la cérémonie[30]. Par ailleurs, les autorités expulsent également l'opposant Miguna Miguna vers le Canada, prétextant qu'il aurait renoncé à sa nationalité kenyane, ce que l'intéressé dément, tandis que la justice demande au gouvernement d'autoriser les chaînes à réémettre provisoirement[31].

Le , Kenyatta et Odinga signent un accord de réconciliation[32].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Kenya: nouvelle élection présidentielle le 17 octobre », sur RFI Afrique, .
  2. « Nouvelle élection présidentielle au Kenya fixée au 17 octobre », sur Le Monde Afrique, .
  3. « Kenya: nouvelle élection présidentielle le 17 octobre », sur Libération, .
  4. http://apanews.net/index.php/fr/news/nouvelle-election-presidentielle-au-kenya-le-17-octobre-2017
  5. « Kenya : une nouvelle élection présidentielle programmée pour le 17 octobre », sur L'Express, (consulté le ).
  6. « Kenya : l'élection présidentielle reportée au 26 octobre - RFI », sur RFI Afrique (consulté le ).
  7. a et b « Coup de tonnerre au Kenya avec l'annulation de la présidentielle », sur ladepeche.fr (consulté le ).
  8. (en) Kamau Muthoni and Paul Ogemba, « Presidential petition: What scrutiny of key IEBC forms revealed », sur The Standard (consulté le ).
  9. « Kenya : la nouvelle élection présidentielle fixée au 17 octobre - France 24 », sur France 24 (consulté le )
  10. « Au Kenya, Raila Odinga pose ses conditions pour participer à la nouvelle présidentielle », sur Le Monde, (consulté le )
  11. « Presidential rerun: You can also contest — lawyers », sur Daily Nation (consulté le )
  12. « Kenya: très critiquée, la commission électorale nomme une nouvelle équipe - RFI », sur RFI Afrique (consulté le )
  13. « Le Parlement kényan facilite la réélection de Kenyatta et ajoute à la confusion - France 24 », sur France 24 (consulté le )
  14. « Kenya : pourquoi le retrait de Raïla Odinga ne règle rien », sur Le Point Afrique (consulté le )
  15. « Présidentielle au Kenya : après le retrait d’Odinga, Kenyatta poursuit son offensive juridique », sur Le Monde, (consulté le )
  16. Le Monde avec AFP, « Au Kenya, un membre de la Commission électorale démissionne à huit jours du scrutin », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  17. (en) National Council for Law Reporting, « Procedure at presidential election », dans The Constitution of Kenya, 2010, (lire en ligne [PDF]), partie 138, p. 80-82
  18. (en) « NOMINATED CANDIDATES FOR THE 8TH AUGUST, 2017 GENERAL ELECTION » [« Nomination des candidats aux élections générales du 8 août 2017 »] [PDF], Nairobi, (consulté le )
  19. Home, « Kenya : l'opposant Raila Odinga renonce à la présidentielle », sur Le Figaro (consulté le )
  20. « Au Kenya : l’opposant Raila Odinga annonce son retrait de la présidentielle du 26 octobre », sur Le Monde, (consulté le )
  21. « Présidentielle kényane : la crise politique s’enkyste et la tension monte », sur Le Monde, (consulté le )
  22. « Kenya: la présidentielle aura bien lieu le 26 octobre - RFI », sur RFI Afrique (consulté le )
  23. « Présidentielle au Kenya : le scrutin en partie reporté en raison des violences », sur www.france24.com, FRANCE24 (consulté le ).
  24. « FRESH PRESIDENTIAL ELECTION RESULTS COUNTY SUMMARY » (consulté le )
  25. « 'Paupers' back in court over Uhuru win », sur Daily Nation (consulté le )
  26. « Au Kenya, la réélection de Kenyatta à nouveau entre les mains de la Cour suprême », sur Le Monde, (consulté le )
  27. « Kenya: la Cour suprême valide la réélection d'Uhuru Kenyatta - RFI », sur RFI Afrique (consulté le )
  28. « Kenya : Uhuru Kenyatta investi président, l'opposant Odinga promet sa propre cérémonie - France 24 », sur France 24 (consulté le )
  29. « Kenya : à quoi joue l'opposant Raila Odinga ? », sur Le Point Afrique, LePointAfrique (consulté le ).
  30. « Kenya: contre-attaque du gouvernement après la prestation de serment d’Odinga - RFI », sur RFI Afrique (consulté le ).
  31. « Kenya : la Haute Cour voit rouge sur l'expulsion d'un opposant au Canada », sur Le Point Afrique (consulté le )
  32. « Kenyatta et Odinga se réconcilient pour faire sortir le Kenya de la crise - RFI », sur RFI Afrique (consulté le )