Église Saint-Cassien de Savigny-lès-Beaune

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Eglise Saint Cassien de Savigny-lès-Beaune
Eglise Saint Cassien de Savigny-lès-Beaune
Eglise Saint Cassien de Savigny-lès-Beaune
Présentation
Nom local Eglise Saint Cassien
Type Église
Protection  Inscrit MH (1925)
Logo monument historique Classé MH (1930, clocher)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Côte-d'Or
Commune Savigny-lès-Beaune
Coordonnées 47° 03′ 46″ nord, 4° 49′ 12″ est
Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or
(Voir situation sur carte : Côte-d'Or)
Église Saint-Cassien de Savigny-lès-Beaune
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Église Saint-Cassien de Savigny-lès-Beaune

L'église de Savigny-lès-Beaune est sous le vocable de Saint Cassien, évêque d'Autun, depuis 1443. Son architecture est remarquable, en particulier pour son clocher roman à base carrée et à flèche octogonale. Son transept et son chœur ont été inscrits monument historique le 10 novembre 1925, son clocher a été classé le 28 novembre 1930[1],[2].

Architecture[modifier | modifier le code]

La fondation de l'église remonte au VIIe siècle, mais fut gravement endommagée et probablement détruite par les Sarrasins en 731.

Assez remarquable par sa taille de 33 m, le clocher date de la 2e moitié du XIIe siècle. Il est l'unique vestige d'une église romane monastique à nef unique et est construit en pierre de tuf de rivière. Sa base est carrée avec des baies géminées et a flèche est orthogonale et entourée de quatre clochetons.

Le chœur et le transept gothiques sont du XVe siècle. La nef principale et les bas-côtés datent de 1785 en raison d'un agrandissement.

Fresque[modifier | modifier le code]

À l'intérieur de la voûte du clocher, se trouve une fresque du XVe siècle (mise à jour lors de la restauration de l'église en 1935) qui paraît être l'œuvre d'artiste de l'école de Van der Weiden, célèbre auteur du triptyque du Jugement dernier de l'Hôtel Dieu de Beaune et fut peinte par Pierre Spicre, auteur des tapisseries de l'église Notre-Dame de Beaune[3].

Cette fresque représente quatre anges présentant à l'adoration des apôtres, des martyrs et des saints, des instruments de la Passion. L'un tient la croix, un autre le roseau surmonté d'une éponge, le troisième la colonne de la flagellation et le quatrième la couronne d'épines.

Autour de Saint-Cassien, on aperçoit la Vierge, les saints Pierre, Paul, André, Thomas, Dominique, Jacques, François d'Assise, Antoine de Padoue, et les saintes Barbe, Apolline, Madeleine...

Une reproduction en a été faite en 1954 pour le compte du musée des monuments français, installé au Palais de Challot à Paris.

Mobilier[modifier | modifier le code]

Dans le chœur se trouvent deux lutrins qui datent du XVe et XVIIe siècle, deux médaillons qui datent du XVIe et XVe siècle ainsi que deux tableaux : Jésus Enfant d'après Rubens et St-Pierre par Norblain de la Gourdaine.

Dans la Nef, on peut aussi remarquer un reliquaire de Saint Louis datant du XVe siècle ainsi qu'un tableau de Jean Restout réalisé au XVIIIe siècle.

Confrérie religieuse[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 1793, il existait à Savigny-lès-Beaune, une confrérie religieuse dite de Saint Cassien qui connut un essor considérable au XVIIIe siècle, elle regroupait des adeptes répartis dans une cinquantaine de villages environnent.

Tous les membres de cette confrérie venaient à Savigny pour la fête de Saint Cassien le 5 août et l'on suppose que l'église est devenue trop petite et dut être agrandie aux dimensions actuelles.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]