Édouard Bauhain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Édouard Bauhain
Présentation
Nom de naissance Jean Pierre Edouard Bauhain
Naissance
Bordeaux
Décès
Paris 7e
Nationalité Drapeau de la France France
Diplôme architecte DPLG
Formation École des Beaux-Arts

Édouard Bauhain, né à Bordeaux le [1] et mort dans le 7e arrondissement de Paris le [2], est un architecte français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il entreprend en 1883-1884 des études d'architecture dans sa ville natale puis aux Beaux-Arts à Paris, où son travail reçoit le prix des architectes américains en 1890[3].

Il s'installe comme architecte en 1894 à Paris mais travaille principalement dans le Sud-Ouest de la France (Bayonne, Bordeaux, Charente...).

En 1898-1899, avec Raymond Barbaud, il est primé au concours pour l’université de Californie à Berkeley[3].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Conçue en grande partie, jusqu'en 1910, avec son associé Raymond Barbaud (1860-1927), son œuvre comporte surtout des villas, des immeubles, des hôtels d'un style très classique dans l'ensemble, avec parfois des ajouts Art nouveau[3].

À Paris, subsistent plusieurs de leurs travaux, dont peut-être le plus connu, l'immeuble du Syndicat de l'épicerie française sis au no 12 rue du Renard. Édouard Bauhain y a aussi bâti des habitations à bon marché (HBM), square Bolivar, rue Bolivar (19e arr.), rue du Sergent-Bauchat (12e), rue de la Convention et avenue Félix-Faure (15e)[3].

À Suresnes (Hauts-de-Seine), rue Carnot, est inaugurée en 1897 la salle des fêtes qu'il a réalisée avec Raymond Barbaud. Sa charpente est réalisée par la société Eiffel[4],[5],[6].

Les deux architectes créent aussi la place Amédée-Larrieu à Bordeaux (1902), comprenant une fontaine sculptée par Raoul Verlet et des grilles Art nouveau.

Dans les Deux-Sèvres, il réalise avec Raymond Barbaud le monument aux morts de la guerre de 1870[7],[8] à Bressuire (inauguré le ).

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Plusieurs de leurs œuvres sont classées ou inscrites, comme la « chapelle funéraire de la Famille Richard, » à l'Inventaire général du patrimoine culturel[9] ou la « chapelle funéraire de Jules Hunebelle » aux monuments historiques[10].

Ce qui subsiste des archives de l'agence Bauhain et Barbaud est conservé aux Archives nationales à Fontainebleau, sous la cote 526 AP[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archives Municipales de Bordeaux en ligne, section 3, acte no 747 du 24/6/1864, vue 117
  2. Acte de décès à Paris 7e, vue 4/8.
  3. a b c et d Biographie sur le site de la Cité de l'architecture
  4. Le patrimoine des communes des Hauts-de-Seine, Flohic éditions, 1994, p. 383-384.
  5. René Sordes, Histoire de Suresnes : Des origines à 1945, Société historique de Suresnes, 1965, p. 458-459.
  6. « Salle des fêtes », pop.culture.gouv.fr, consulté le 22 avril 2020.
  7. « Monument aux morts de 1870 », gertrude-diffusion.poitou-charentes.fr, consulté le 18 novembre 2019.
  8. « BAUHAIN Édouard », monumentsmorts.univ-lille.fr, consulté le 22 avril 2020.
  9. notice
  10. notice
  11. Base BORA

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :