Zog Nit Keynmol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Zog Nit Keynmol (en yiddish : זאג ניט קיין מאל) (également dénommée Partizaner Lied ou Chant des partisans, mais elle partage ce titre avec d'autres chants) est le nom d'une chanson écrite en yiddish en 1943 par Hirsch Glick, un jeune juif détenu au ghetto de Vilnius, inspiré par des nouvelles annonçant le soulèvement du ghetto de Varsovie. Elle est considérée comme l'un des principaux hymnes des survivants de la Shoah et est chantée à la mémoire de ses victimes dans le monde entier. Au cours de la guerre, elle était l'hymne de diverses brigades de partisans juifs.

La mélodie de la chanson est celle de la chanson soviétique То не тучи — грозовые облака ("Ce ne sont pas des nuages, mais l'orage") - aussi connue sous le nom de Терская походная ("Marche militaire de Terek") composée en 1935 par Dmitri Pokrass, sur des paroles initialement en russe d'Alexey Sourkov[1].

Une version en hébreu fut rédigée par Abraham Shlonsky.

Signification[modifier | modifier le code]

Le titre signifie « Ne dis jamais », et découle de la première ligne de la chanson, « Ne dis jamais que c’est ton dernier chemin ». La dernière ligne se termine en affirmant: mir zaynen do! « Nous sommes là! » (sous-entendu: « et nous serons toujours là! ») Zog Nit Keynmol a été adopté par un certain nombre de groupes de partisans juifs en Europe de l'Est. Elle est devenue un symbole de résistance contre l'Allemagne nazie lors de la persécution des Juifs et la Shoah.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (ru) Максим Наганов, « Терская походная », sur Sovmusic.ru (consulté le 8 juillet 2014)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Fisher, Adam. An Everlasting Name: A Service for Remembering the Shoah. West Orange, NJ: Behrman House, 1991.
  • (en) Kalisch, Shoshana and Barbara Meister. Yes, We Sang! Songs of the Ghettos and Concentration Camps. New York: Harper & Row, 1985.

Versions sur Youtube[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]