Virus de la striure du maïs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le virus de la striure du maïs, ou MSV (acronyme de Maize Streak Virus), est un phytovirus pathogène des cultures de maïs, rattaché au genre Mastrevirus (dont il est le « type ») et à la famille des Geminiviridae. Ce virus, transmis par des insectes, est endémique en Afrique subsaharienne.

La maladie causée par ce virus a été observée et décrite pour la première fois dans la province du KwaZulu-Natal par l'entomologiste sud-africain, Claude Fuller, qui l'a évoquée dans un rapport de 1901 comme « mealie variegation » (bigarrure du maïs)[1].

Le principal vecteur du MSV est une cicadelle, Cicadulina mbila, mais d'autres espèces de cicadelles, telles que Cicadulina storeyi, Cicadulina arachidis et Cicadulina dabrowski, sont également capables de transmettre ce virus.

Génome[modifier | modifier le code]

Le génome du virus de la striure du maïs, typique des Mastrevirus, est constitué d'un ADN simple brin (ss), monopartite, circulaire, de 2,7 Kb, qui ne code que pour quatre protéines.

La transcription bidirectionnelle d'une longue région intergénique (LIR) produit dans le sens du virion l'expression d'une protéine de mouvement (MP) et d'une protéine d'enveloppe (CP), et dans le sens complémentaire des protéines de réplication associées, Rep et Repa.

Tandis que les protéines MP et CP sont impliquées dans les mouvements et l'encapsidation du virus[2], la protéine Rep est un initiateur essentiel de la réplication du virus, et RepA un régulateur de la transcription des gènes de l'hôte et du virus[3],[4],[5],[6]. En raison des restrictions de taille du génome, le MSV usurpe la réplication de l'ADN de l'hôte et des protéines de réparation des cassures de l'ADN double brin pour répliquer son génome via, respectivement, la réplication circulaire[7] et des mécanismes de réplication dépendants de la recombinaison[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les symptômes de la striure du maïs ont été décrits pour la première fois en 1901 par Claude Fuller dans la colonie du Natal (Afrique du Sud), bien qu'il ait à tort attribué ces symptômes à une perturbation du sol.

En 1924, un chercheur britannique, H.H. Storey a établi qu'un virus, qui se transmet par une cicadelle, Cicadulina mbila, est la cause de la maladie[9]. Storey a également décrit les bases génétiques de la transmission et a montré que la résistance du maïs à cette maladie est héréditaire.

En 1974, des particules du virus MSV ont été purifiées pour la première fois. Ce n'est qu'en 1977 qu'on a découvert sa structure formée d'ADN circulaire à simple brin

En 1978, le virus MSV a été désigné comme virus-type du genre nouvellement créé des Geminivirus[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) A. McAlister, « South Africa at front line of GM research », Media Club South Africa,‎ 27 octobre 2010 (lire en ligne).
  2. (en) Sondra G. Lazarowitz, Allison J. Pinder, Vernon D. Damsteegt et Stephen G. Rogers, « Maize streak virus genes essential for systemic spread and symptom development », EMBO J, vol. 8,‎ 1989, p. 1023–1032 (lien PubMed?).
  3. (en) Xiangcan Zhan, Kim A. Richardson, Ann Haley et Bret A. M. Morris, « The Activity of the Coat Protein Promoter of Chloris Striate Mosaic Virus Is Enhanced by Its Own and C1-C2 Gene Products », Virology, vol. 193,‎ 1993, p. 498–502 (liens PubMed? et DOI?).
  4. (en) JMI Hofer, EL Dekker, HV Reynolds, CJ Woolston, BS Cox et PM Mullineaux, « Coordinate Regulation of Replication and Virion Sense Gene Expression in Wheat Dwarf Virus », The Plant Cell, vol. 4,‎ 1992, p. 213–223 (lien PubMed?).
  5. (en) Kathleen L. Hefferon, Yong-Sun Moon, Ying Fan, « Multi-tasking of nonstructural gene products is required for bean yellow dwarf geminivirus transcriptional regulation », The FEBS Journal, vol. 273,‎ 2006, p. 4482–4494 (liens PubMed? et DOI?).
  6. (en) S Collin, M Fernández-Lobato, P S Gooding, P M Mullineaux et C Fenoll, « The two nonstructural proteins from wheat dwarf virus involved in viral gene expression and replication are retinoblastoma-binding proteins », Virology, vol. 219,‎ 1996, p. 324–329 (liens PubMed? et DOI?).
  7. (en) Keith Saunders, Andrew Lucy et John Stanley, « DNA forms of the geminivirus African cassava mosaic virus consistent with a rolling circle mechanism of replication », Nucleic Acids Research, vol. 19,‎ 1991, p. 2325–2330 (liens PubMed? et DOI?).
  8. (en) Julia B. Erdmann, Dionne N. Shepherd, Darren P. Martin, Arvind Varsani, Edward P. Rybicki et Holger Jeske, « Replicative intermediates of maize streak virus found during leaf development. », Journal of General Virology, vol. 91,‎ 2010, p. 1077–1081 (liens PubMed? et DOI?).
  9. a et b (en) Ed Rybicki, « Maize Streak Virus - Historical background », Department of Molecular and Cell Biology, University of Cape Town,‎ novembre 1997, août 1998, février 1999 (consulté le 17 juillet 2013).

Liens externes[modifier | modifier le code]