Symphonie nº 94 de Joseph Haydn

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Symphonie nº 94 en sol majeur, « La Surprise » de Joseph Haydn a été composée en 1792. Elle est la deuxième des douze symphonies dites « londoniennes ».

La forme de cette symphonie est celle de la symphonie classique.

Historique[modifier | modifier le code]

La symphonie fut créée le 24 mars 1792. L'auditoire avait été particulièrement frappé par un soudain coup de timbale, dans le deuxième mouvement. C'est de là que lui vient son surnom. Au lendemain de la création, un critique a dit : « La surprise qu'il contient peut être comparée à celle ressentie par une belle bergère que le murmure éloigné d'une cascade aurait endormie et qu'un coup de fusil tiré par un chasseur réveille en sursaut. »

Effectif musical[modifier | modifier le code]

L'orchestre est composé de :

Lors de la création Joseph Haydn dirige l'orchestre au pianoforte.

Analyse[modifier | modifier le code]

Adagio — Vivace assai[modifier | modifier le code]

Ce mouvement respecte la structure sonate et est précédé d'une introduction lente. L'exposition présente les trois thèmes qui sont variés dans le développement. Le mouvement se termine par une récapitulation des thèmes.

Andante[modifier | modifier le code]

Le mouvement débute par un thème très simple. C'est à sa deuxième exposition, pianissimo, qu'arrive la surprise : un accord fortissimo de tout l'orchestre, souligné par un coup de timbale. Haydn pensait qu'il ferait crier les auditrices avec ce coup de tonnerre ! Viennent ensuite cinq variations sur la première mélodie, suivies d'une coda. Durée : environ 6 minutes.

Menuet et trio, allegro molto[modifier | modifier le code]

Alors que le menuet est une danse lente, Haydn indique son mouvement allegro molto, ce qui signifie très vite. Il se montre peu soucieux des conventions et précurseur du scherzo (plaisanterie). Par contre, la structure du mouvement respecte la forme originelle de la danse : deux sections encadrent un trio composé de deux parties.

Allegro di molto[modifier | modifier le code]

Pour ce dernier mouvement, Haydn a inventé une forme nouvelle, entre la sonate et le rondo. Comme dans le rondo, le premier thème revient à plusieurs reprises. Cependant, Haydn le développe différemment à chaque fois. Le mouvement se termine par un déchaînement de timbale suivie d'une coda rétablissant l'ordre.

Références[modifier | modifier le code]

  • Au cœur du classique, Vol. 37 p. 890-894.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]