Stress technologique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le stress technologique, ou ergostressie (terme recommandé au Canada par l'OQLF), ou technostress, est le stress induit chez une personne par une utilisation des technologies de l'information et de la communication (TIC) excessive en regard de ses possibilités d'adaptation. Ce stress peut se joindre à d'autres, notamment dans un cadre professionnel.

Ainsi on peut citer cet exemple : « Lundi matin. Au bureau. Votre boîte aux lettres affiche 97 nouveaux e-mails. En tête de liste, celui de votre patron, qui vous rappelle une importante conférence Web. Il vous a déjà laissé un message vocal et un SMS. Et maintenant, deux pop-up bombardent votre écran : un rappel du calendrier et un message instantané. La semaine débute à peine que, déjà, le stress électronique vous guette ... » [1]

Craig Brod, un pionnier dans le domaine écrivait en 1984 que le technostress est « une maladie moderne d'adaptation due à l'incapacité à faire face aux nouvelles technologies informatiques d'une manière saine »[2].

Selon Janel Gauthier, être sous l’emprise du technostress ne relève point d’un fatalisme, ce n’est pas un état irréversible[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Technostressé ? Débranchez ! Xavier Biseul, 01 Informatique, le 23/02/2005 en ligne sur http://www.01net.com
  2. Brod, Craig. Technostress: The Human Cost of the Computer Revolution. Reading, Mass: Addison Weslety, 1984.
  3. Marcotte, S. (2009). Le mal du siècle : le technostress. Prévention au travail, Vol. 22 (4), p. 46-47. Repéré à : http://www.irsst.qc.ca/media/documents/fr/prev/v22_04/46-47.pdf (consulté le 9 février).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Yves Lasfargues, Halte aux absurdités technologiques, Éditions d'organisation, 2003
  • Yves Lasfargues et Pierre Mathevon, Qualité de vie et santé au travail, guide pour le management et la négociation des conditions de travail dans la société de l'information, OCTARES Éditions - Toulouse - 2008 - 302 pages, ISBN 978-2-915346-57-2

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]