Stephen Clarke (écrivain)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Clarke.
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Stephen Clarke (nageur).

Stephen Clarke

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Stephen Clarke en 2014.

Activités Écrivain, journaliste
Naissance 15 octobre 1958
St Albans, (Hertfordshire)
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Langue d'écriture Anglais

Stephen Clarke, né le 15 octobre 1958 à St Albans en Angleterre, est un journaliste et écrivain britannique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Avant de devenir écrivain, Clarke travaille entre autres comme gagman pour BBC Radio 4 et comme scénariste pour l'auteur de bandes dessinées Gilbert Shelton. Au début des années 1990, il s'installe à Paris. Il aime la France parce qu'en France « on travaille pour vivre, et pas le contraire »[1].

En 2004, il publie le roman A Year in the Merde (paru en français sous le titre God save la France, les Allemands se contentant d'un plus banal Ein Engländer in Paris). Le livre se moque des particularités des Français ; c'est un grand succès[2] et, jusqu'à présent, il a été traduit en 17 langues.

Clarke ne tire le manuscrit qu'à 200 exemplaires pour des amis et des connaissances jusqu'à ce que l'un des exemplaires ne tombe dans les mains d'un collaborateur d'une maison d'édition qui s'y intéresse[3].

En 2005 suit le best-seller Merde Actually (en français God save les Françaises[4]) qui en Angleterre, la patrie de Clarke, déloge Harry Potter de la première place dans la liste des best-sellers. En 2007 sont publiés Merde happens et Talk to the Snail (en français, Français, je vous haime), suivi en 2008 de Dial M for Merde, un polar comique qui envoie le héros, Paul West, dans le sud de la France. Son dernier livre est 1000 Years of Annoying the French, un clin d'œil aux raisons historiques des relations compliquées entre francophones et anglophones.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • A Year in the Merde, Black Swan, 2005, (ISBN 0-552-77296-8), traduit en français par Léon Mercadet sous le titre God save la France, Nil éditions, janvier 2005, (ISBN 2-84111-318-3 et 978-2841113187) : première aventure de Paul West, un Anglais venu travailler dans une entreprise parisienne.
  • Merde Actually, Black Swan, 2006, (ISBN 0-552-77308-5), traduit en français par Bernard Cohen sous le titre God save les Françaises, Nil éditions, novembre 2007, (ISBN 2-84111-340-X et 978-2841113408) : la suite des aventures de Paul West
  • In the Merde for Love (édition américaine de Merde Actually), Bloomsbury Publishing PLC, 2006, (ISBN 1-59691-191-3)
  • Talk to the Snail, Bloomsbury Publishing PLC, 2006, (ISBN 1-59691-309-6) , traduit en français par Thierry Cruvelier sous le titre Français, je vous haime : Ce que les rosbifs pensent vraiment des froggies, Nil éditions, mai 2009, (ISBN 978-2-84111-410-8) : 11 commandements aux étrangers pour comprendre les Français.
  • Merde Happens, Bantam Press, 2007, (ISBN 0-593-05631-0) (le troisième volet des aventures de Paul West, cette fois aux États-Unis, n'a pas été traduit en français).
  • Dial M for Merde, Bantam Press, 2008, (ISBN 0-593-05630-2) (en cours de traduction en français (sortie prévue fin 2011 selon Stephen Clarke lui-même, sous le titre God save le Président)).
  • 1000 Years of Annoying the French, Bantam Press, 2010, (ISBN 0-593-06273-6) (1000 ans de mésentente cordiale, Nil éditions, octobre 2012).
  • Paris revealed, the secret life of a city, Bantam Press, 2011 (ISBN 978-0-593-06711-6).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « J'adore vivre en France, parce que, ici, on travaille pour vivre, et pas le contraire. » (consulté le 2011-04-15)
  2. « God save la France: rencontre avec Stephen Clarke » sur le site internet de Radio-Canada
  3. « Il imprime l'ouvrage à deux cents exemplaires, le met en vente sur son site Internet et le livre lui-même à domicile » (consulté le 2011-04-15)
  4. Le titre allemand, Ich bin ein Pariser fait pour sa part allusion à la phrase célèbre de Kennedy « Ich bin ein Berliner », mais il faut savoir que Pariser signifie outre-Rhin en langage populaire « préservatif ».

Liens externes[modifier | modifier le code]