Spirula spirula

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La spirule (Spirula spirula) est une espèce de céphalopode. C'est la seule espèce du genre Spirula et de la famille Spirulidae.

C'est aussi la seule espèce vivante du sous-ordre Spirulina et de l'ordre Spirulida.

Description et caractéristiques[modifier | modifier le code]

Spirula spirula (ram's horn squid shell) (San Salvador Island, Bahamas) 1 (16004012540).jpg
Larve.

Ce sont de petits céphalopodes ressemblant à une seiche ou à certains calmars, mais ils ne font pourtant partie d'aucun de ces deux groupes, ayant leur ordre à part. Ils sont caractérisés par une coquille interne enroulée et non soudée, pourvue de chambres réunies par un siphon en position proximale, à la manière de la coquille des nautiles. Leur taille ne dépasse pas 5 cm de long[2]. Cependant des variations morphologiques notables (hauteur de la coquille, nombre de cloisons, enroulement...) pourraient conduire à distinguer plusieurs populations voire même espèces à travers le monde[3].


Habitat et répartition[modifier | modifier le code]

Ce sont des animaux pélagiques, à répartition mondiale dans les mers tropicales et subtropicales (partout où la température à 400 m de fond est supérieure à 10 °C)[2]. Spirula spirula est, entre autres, présente à Madagascar, en Nouvelle-Zélande, en Australie, au Brésil, au Maroc...[3].

Ils vivent entre 600 et 700 m de profondeur (parfois plus de 1 750 m[4]), mais remontent parfois jusqu'à moins de 300 m pendant la nuit[2].


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Espèce Spirula spirula[modifier | modifier le code]

Famille Spirulidae[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. ITIS, consulté le 26 août 2014
  2. a, b et c World Register of Marine Species, consulté le 26 août 2014
  3. a et b (en) Pascal Neige et Kerstin Warnke, Just how many species of Spirula are there a morphometric approach, in Tanabe, K., Shigeta, Y., Sasaki, T. & Hirano, H., (eds.), 2010
  4. UICN, consulté le 26 août 2014