Solaro

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne une commune française de Corse. Pour la commune italienne homonyme, voir Solaro (Italie).
Solaro
U Sulaghju (co)
Image illustrative de l'article Solaro
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Corse
Département Haute-Corse
Arrondissement Corte
Canton Prunelli-di-Fium'orbu
Intercommunalité Communauté de communes de la Côte des Nacres
Maire
Mandat
Jean-Baptiste Paoli
2014-2020
Code postal 20240
Code commune 2B283
Démographie
Gentilé Solarais
Sulaghjinchi (co)
Population
municipale
672 hab. (2011)
Densité 7,2 hab./km2
Géographie
Coordonnées 41° 54′ 17″ N 9° 19′ 37″ E / 41.9047222222, 9.3269444444441° 54′ 17″ Nord 9° 19′ 37″ Est / 41.9047222222, 9.32694444444  
Altitude 497 m (min. : 0 m) (max. : 2 018 m)
Superficie 93,36 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Corse

Voir sur la carte administrative de Corse
City locator 14.svg
Solaro
U Sulaghju (co)

Géolocalisation sur la carte : Corse

Voir sur la carte topographique de Corse
City locator 14.svg
Solaro
U Sulaghju (co)

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Solaro
U Sulaghju (co)

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Solaro
U Sulaghju (co)

Solaro (en corse U Sulaghju, prononcé [u zu.ˈlaˑ.ɟŭ]) est une commune française située dans le département de la Haute-Corse et la région Corse. Elle appartient à la microrégion de la Covasina, partie méridionale du Fiumorbo.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Solaro présente la particularité d'être la plus méridionale de Haute-Corse. Elle s'étend sur 9 000 ha entre le Travu et la Solenzara qui fait aussi office de frontière départementale.

Map commune FR insee code 2B283.png

Le village est situé à 500 mètres d'altitude et la plaine en plusieurs lieu-dits. Parmi eux, on dénombre en partant du nord de la commune le lieu-dit "Pielza" puis le lieu-dit "Puzzone", le lieu-dit "Chiola" qui regroupe le plus grand lotissement de la commune la Marine de Solaro puis au sud de la rivière homonyme le lieu-dit "Kamiesch".

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

En 2009 et ce en dépit de sa réélection, Paul Rossi est poussé à la démission à la suite d'une affaire de constructions privées sur des terrains communaux[1]. Alors qu'une liste unique s'était présentée aux suffrages des Solarais en mars 2008, cette unité devait prendre fin aux prochaines élections[2].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1989 2001 Paul Luzi    
mars 2001 2009 Paul Rossi DVD  
2009 en cours
(au avril 2014)
Jean-Baptiste Paoli DVG  

Regroupements administratifs[modifier | modifier le code]

La commune de Solaro fait partie du Sivom du Cavu et fait figure de cas unique en Haute-Corse car non-associée à des communes du même département[3]. Une situation qui s'explique par des tensions politiques avec la commune voisine de Ventiseri alors que celle-ci prend en charge les enfants scolarisés en écoles maternelle et primaire.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 672 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1806. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856 1861
96 265 364 386 486 562 635 555 609
1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
623 597 553 588 566 611 637 664 851
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
922 936 1 003 1 066 1 089 1 085 1 010 310 291
1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011 - -
309 477 476 583 638 646 672 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Sur la plage, près de la marine de Solaro, une stèle a été dressée en 1993 en hommage aux résistants corses de la seconde guerre mondiale et en souvenir des débarquements qui eurent lieu sur cette plage en 1943, préparant la libération de l'île.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]