Siège de Bruxelles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Siège de Bruxelles
Le siège de Bruxelles par Louis-Nicolas van Blarenberghe
Le siège de Bruxelles par Louis-Nicolas van Blarenberghe
Informations générales
Date 29 janvier - 22 février 1746
Lieu Bruxelles, Pays-Bas autrichiens (aujourd'hui Belgique)
Issue Victoire française, occupation de la ville
Belligérants
Drapeau du Royaume de France Royaume de France Drapeau du Saint-Empire Saint-Empire romain germanique
Commandants
Royal Standard of the King of France.svg Maurice de Saxe Flag of the Habsburg Monarchy.svg Wenzel Anton von Kaunitz-Rietberg
Flag of the Habsburg Monarchy.svg Comte Eugène de Lannoy de la Motterie
Forces en présence
22 000 hommes 12 000 hommes
Guerre de Succession d'Autriche
Batailles
Mollwitz · Chotusitz · Sahay · Prague · Dettingen · Cap Sicié · 19 mai 1744 · Tournai · Pfaffenhofen · Fontenoy · Melle · Hohenfriedberg · Gand · Bruges · Audenarde · Termonde · Ostende · Nieuport · Ath · Soor · Hennersdorf (en) · Kesselsdorf · Culloden · Mons · Bruxelles · Namur · Charleroi · Lorient · Rocourt · Cap Finisterre (1er) · Lauffeld · Bergen-op-Zoom · Cap Finisterre (2e) · Saint-Louis-du-Sud · 18 mars 1748 · Maastricht
Campagnes italiennes

Saint-Tropez · Camposanto · Villafranca (en) · Casteldelfino · Velletri (en) · Madonne de l'Olmo · Bassignana · Piacenza · Rottofreddo · Gênes (1er) · Gênes (2e) · Assietta

Cette boîte : voir • disc. • mod.

Le siège de Bruxelles se déroula entre janvier et février 1746 pendant la guerre de Succession d'Autriche. Une armée française sous le commandement du maréchal Maurice de Saxe assiège et prend la ville de Bruxelles, qui était alors la capitale des Pays-Bas autrichiens.

Les Français ont été stimulés par le fait qu'une grande partie de l'armée alliée a été forcée de retourner en Grande-Bretagne où un soulèvement Jacobite avait éclaté en 1745 et après que Charles Édouard Stuart avait remporté une victoire éclatante lors de la bataille de Prestonpans. Par conséquent, très peu de troupes purent s'opposer activement aux forces françaises. Après que les Français ont percé deux brèches dans les murs de Bruxelles, les défenseurs autrichiens sont contraints de se rendre le 22 février dans un siège qui aura duré à peine trois semaines.

Le gouverneur des Pays-Bas autrichiens, Wenzel Anton von Kaunitz-Rietberg est contraint de retirer son administration à Anvers plus au nord. Le siège a gravement changé son point de vue des alliés de l'Autriche, principalement de la Grande-Bretagne et des Provinces-Unies, qu'il considérait comme protecteurs de Bruxelles. Une décennie plus tard Kaunitz sera l'un des négociateur de l'alliance franco-autrichienne dans laquelle l'Autriche abandonnera son ancienne alliance avec la Grande-Bretagne et rejoindra la France.

La prise de Bruxelles est suivie par la capture d'autres grandes villes et de forteresses des Pays-Bas autrichiens, y compris Mons et Namur. Bruxelles est restée sous occupation française jusqu'à ce que la ville soit retournée à l'Autriche par le traité d'Aix-la-Chapelle de 1748. En janvier 1749, les Français évacuent Bruxelles.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Siege of Brussels » (voir la liste des auteurs)
  • (en) Reed Browning, The War of the Austrian Succession. Alan Sutton Publishing, 1994.
  • (en) Stephen Brumwell, Paths of Glory : The Life and Death of General James Wolfe, Continuum International Publishing Group, 432 p. (ISBN 978-0-7735-3261-8).
  • (en) John Manchip White, Marshal of France, The Life and Times of Maurice de Saxe, Rand McNally & Co., 1962.

Articles connexes[modifier | modifier le code]