Scène (théâtre)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Scène.
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homophones, voir Cène et Seine.
La scène du théâtre polonais de Bielsko-Biała.

La scène (du grec σκήνη / skḗnē : tente, lieu couvert, qui désignait à l'origine le bâtiment situé derrière l'endroit où jouaient les acteurs, qui servait de coulisses) désigne, au théâtre, l’aire de jeu (avant-scène comprise) et les coulisses, par rapport à la salle où sont les spectateurs, où jouent les acteurs. On l’appelle également, dans le jargon du théâtre, le plateau.

Du point de vue dramaturgique, ce mot signifie, en outre, les divisions d’un acte, déterminées à partir de 1652 environ par l’entrée ou la sortie d’un ou plusieurs personnages[1]. La scène se subdivise parfois en tableaux.

Lorsqu’un auteur sait distribuer la composition dramatique de manière à tirer de ses divisions mêmes le plus grand effet et à ranimer l’intérêt par chaque changement de scène présenté aux spectateurs, on dit qu’il a « l’entente de la scène ».

Une scène à l'italienne est conçue selon les principes de la Renaissance italienne. Le cadre de scène est perçu comme un tableau, composé en fonction de « l’œil du prince », c’est-à-dire de façon à être vu de face, à une unique place dans la salle. Cette place permet la coïncidence exacte de cet « œil » avec le centre exact des décors.

Plusieurs niveaux pour les spectateurs (orchestre, corbeille, balcon, galerie...), un dôme central pour une meilleure réverbération du son où se trouvait un lustre généralement disparu et un plancher de scène en pente (le plus bas au cadre de scène et le plus haut au fond de scène) sont les caractéristiques de la scène à « l’italienne ».

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La Dramaturgie classique en France, Jacques Scherer, Libraire Nizet, 1973. Appendice I, « Quelques définitions ».