Sanctuaire Madonna di San Luca (Bologne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sanctuaire Madonna di San Luca
Image illustrative de l'article Sanctuaire Madonna di San Luca (Bologne)
Présentation
Nom local Santuario della Madonna di San Luca
Culte Catholicisme
Type Basilique
Début de la construction 1723
Architecte Carlo Francesco Dotti
Style dominant Architecture baroque
Géographie
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Émilie-Romagne
Commune Bologne
Coordonnées 44° 28′ 48″ N 11° 17′ 53″ E / 44.48, 11.298 ()44° 28′ 48″ Nord 11° 17′ 53″ Est / 44.48, 11.298 ()  

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Sanctuaire Madonna di San Luca

Le sanctuaire de la Madonne de San Luca est une basilique située à Bologne, en Italie du Nord, au sommet du Monte Guardia, dans une colline boisée 300 mètres au-dessus de la plaine, juste au sud-ouest du centre historique de la ville.

Si une route mène maintenant vers le sanctuaire, il est également possible de l'atteindre en traversant une longue (3,5 km) arcade monumentale couverte (le Portico di San Luca) composé de 666 arches, qui a été construite en 1674-1793. Elle a été conçue pour protéger l'icône pendant la procession sur la colline.

Une procession annuelle part de l'église San Pietro dans le centre de Bologne vers le sanctuaire en empruntant cette voie. L'icône de la Vierge Marie aurait été peinte par l'évangéliste Luc.

Le sanctuaire est bâti pour abriter une icône miraculeuse de la vierge. Une église ou une chapelle existait au sommet de la colline pendant environ un millénaire. L'église actuelle a été construite en 1723 sur les plans de Carlo Francesco Dotti.

Les tribunes latérales externes ont été construites par Giovanni Giacomo, fils de Carlo Dotti qui a utilisé les plans de son père. Le sanctuaire contient des œuvres de Domenico Pestrini, Donato Creti (2e chapelle à droite), Guido Reni (Assomption en troisième autel à droite), Giuseppe Mazza dans la chapelle de Saint Antoine de Padoue, Vittorio Bigari (fresques), et Giovan Francesco Barbieri Guercino (sacristie).

Source[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :