Romances sans paroles (Mendelssohn)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Romances sans paroles.

Les Romances sans paroles[1] (Lieder ohne Worte en version originale allemande) sont des pièces pour piano composés par Felix Mendelssohn à différentes périodes de sa vie, et regroupées sous forme de huit recueils publiés entre 1830 et 1868. Cinq d'entre eux sont dédiés à des femmes.

Les recueils[modifier | modifier le code]

Note : Seuls les titres avant les parenthèses sont du compositeur ; ceux entre parenthèses ont été imaginés par divers éditeurs.

Opus 19[modifier | modifier le code]

Le premier recueil a été composé entre 1829 et 1830, et publié en 1830 à Londres sous le titre Melodies for the Pianoforte. Il est composé de :

  1. Andante con moto en mi majeur (« Doux souvenirs »)
  2. Andante espressivo en la mineur (« Regrets »)
  3. Molto allegro e vivace en la majeur (« Jägerlied » / « La chasse »)
  4. Moderato en la majeur (« Confiance »)
  5. Agitato en fa dièse mineur (« Agitation »)
  6. Andante sostenuto en sol mineur « Venezianisches Gondellied  » (« Chanson de gondolier vénitienne »)

Opus 30[modifier | modifier le code]

Allegretto tranquillo en fa dièse mineur, op. 30 no 6

Dédié à Elisa von Woringen et composé entre 1833 et 1834, il a été publié en mai 1835 à Bonn sous le titre Lieder ohne Worte, comme le seront les suivants.

  1. Andante espressivo en mi bémol majeur (« Contemplation »)
  2. Allegro di molto en si bémol majeur (« Trouble »)
  3. Adagio non troppo en mi majeur (« Consolation »)
  4. Agitato e con fuoco en si mineur (« Le vagabond »)
  5. Andante grazioso en majeur (« Le ruisseau »)
  6. Allegretto tranquillo en fa dièse mineur « Venezianisches Gondellied  » (« Chanson de gondolier vénitienne »)
    Il s'agit du second Gondellied après l'opus 19 no 6.

Opus 38[modifier | modifier le code]

Dédié à Rosa von Woringen et composé entre 1836 et 1837, il a été publié en août 1837.

  1. Con moto en mi bémol majeur (« Étoile du soir »)
  2. Allegro non troppo en ut mineur (« Bonheur perdu »)
  3. Presto e molto vivace en mi majeur (« La harpe du poète »)
  4. Andante en la majeur (« Espoir »)
  5. Agitato en la mineur (« Appassionata »)
  6. Andante con moto en la bémol majeur « Duetto » (« Duo »)
    Le titre du morceau, dû à Mendelssohn, se réfère aux deux mélodies qui composent la pièce et sont censées représenter chacune un chanteur.

Opus 53[modifier | modifier le code]

Dédié à Sophia Horsley et composé entre 1839 et 1841, il a été publié en mai 1841.

  1. Andante con moto en la bémol majeur (« Sur la grève »)
  2. Allegro non troppo en mi bémol majeur (« Nuages floconneux »)
  3. Presto agitato en sol mineur (« Agitation »)
  4. Adagio en fa majeur (« Tristesse de l’âme »)
  5. Allegro con fuoco en la mineur « Volkslied » (« Chanson folklorique »)
  6. Molto allegro vivace en la majeur (« La fuite »)

Opus 62[modifier | modifier le code]

Andante maestoso en mi mineur, op. 62 no 3
Allegro con anima en sol majeur, op. 62 no 4

Dédié à Clara Schumann et composé entre 1842 et 1844, il a été publié en avril 1844. Il contient une autre Venezianisches Gondellied et le célèbre Frühlingslied (« Chanson de printemps ») composé pour l'anniversaire de Clara en 1842[2].

  1. Andante espressivo en sol majeur (« Brise de mai »)
  2. Allegro con fuoco en si bémol majeur (« Le départ »)
  3. Andante maestoso en mi mineur (« Trauermarsch » / « Marche funèbre »)
    Orchestrée par Ignaz Moscheles, elle fut jouée aux funérailles de Mendelssohn.
  4. Allegro con anima en sol majeur (« Chant du matin »)
  5. Andante con moto en la mineur « Venezianisches Gondellied  » (« Chanson de gondolier vénitienne »)
    Il s'agit du troisième Gondellied après les opus 19 et 30 nos 6.
  6. Allegretto grazioso en la majeur ( « Frühlingslied » / « Chanson de printemps »)

Opus 67[modifier | modifier le code]

Presto en ut majeur, op. 67 no 4

Dédié à Sophie Rosen et composé entre 1843 et 1845, il a été publié en octobre 1845.

  1. Andante en mi bémol majeur (« Méditation »)
  2. Allegro leggiero en fa dièse mineur (« Illusions perdues »)
  3. Andante tranquillo en si bémol majeur (« Chant du pèlerin »)
  4. Presto en ut majeur (« Spinnerlied » / « La fileuse »)
    Le surnom du morceau est dû au rythme de la main gauche pouvant évoquer la rotation d'un rouet.
  5. Moderato en si mineur (« La complainte du berger »)
  6. Allegro e non troppo en mi majeur (« Berceuse »)

Opus 85[modifier | modifier le code]

Publié de façon posthume en février 1851 et regroupant des œuvres composées entre 1834 et 1845.

  1. Andante espressivo en fa majeur (« Rêverie »)
  2. Allegro agitato en la mineur (« L’adieu »)
  3. Presto en mi bémol majeur (« Délire »)
  4. Andante sostenuto en majeur (« Élégie »)
  5. Allegretto en la majeur (« Le retour »)
  6. Allegretto con moto en si bémol majeur (« Chanson du voyageur »)

Opus 102[modifier | modifier le code]

Publié de façon posthume en juin 1868 et regroupant des œuvres composées entre 1842 et 1845.

  1. Andante un poco agitato en mi mineur (« Sans foyer »)
  2. Adagio en majeur (« Regard sur le passé »)
  3. Presto en ut majeur (« Tarentelle »)
  4. Un poco agitato, ma andante en sol mineur (« Les gémissements du vent »)
  5. Allegro vivace en la majeur (« Kinderstück » / « Pièce pour enfant »)
  6. Andante en ut majeur (« Croyance »)

Une septième pièce, Allegretto non troppo en la majeur « Boat song » (« Barcarole »), WoO 10, composée en 1837, complète l’édition de Constantin von Sternberg chez Schirmer, New York (1915).

Discographie sélective[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

'Romances sans paroles' : partitions libres dans l’International Music Score Library Project.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Parfois appelées Chansons sans paroles.
  2. Les Romances sans paroles de Mendelssohn