Radiologie industrielle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La radiologie industrielle désigne l'utilisation de rayonnements dans divers domaines industriels. Les principaux domaines sont les contrôles non destructifs, les contrôles de sécurité, ou la recherche scientifique.

Projecteur de source de rayons gamma utilisé lors de contrôles non destructif.

Contrôle non destructif[modifier | modifier le code]

Dans le cas d'application aux contrôles de pièces mécaniques, la radiologie permet de réaliser un contrôle non destructif. Elles utilisent principalement comme techniques la radiographie et la tomodensitométrie[1]. Les défauts internes sont ainsi détectés, par exemple des soufflures, des porosités, des retassures ou des fissures internes de la pièce. La radiographie est aussi utilisée pour le contrôle de certaines pièces en aluminium moulé, destinées à l'aéronautique. En 2010, la radiographie a été utilisée sur des grandes courses cyclistes afin de détecter la présence de moteur électrique caché dans le cadre des vélos dopage mécanique.

Portail VACIS (marque déposée, acronyme de l’anglais Vehicle and Cargo Inspection System, en français : système d’inspection de véhicule et cargaison) ayant radiographié un conteneur de transport à l'aide de rayons gamma.

Histoire de la radiologie industrielle[modifier | modifier le code]

Une des premières images prises par Roentgen est celle d'une séries de poids dans une boîte. La première radiographie de tableau a été réalisée en 1896, en Allemagne, par W. König. L'utilisation de la radiologie industrielle reste très limitée par le manque de puissance des appareils. Ce sont les inventions de Coolidge qui permettent une application de la radiologie dans ce domaine. Au cours de la seconde guerre mondiale, le programme de construction de navires de guerres entraîne aux États-Unis un très grand développement de cette pratique[2].

Sécurité[modifier | modifier le code]

La radiographie et la fluoroscopie sont également beaucoup utilisées dans le domaine de la sécurité, notamment pour le contrôle des bagages dans les aéroports, mais aussi pour le contrôle des frets maritimes et routiers (contrôles douaniers).

Contrôles d'assurance qualité[modifier | modifier le code]

Dans l'industrie alimentaire, des images par rayons X parfois effectuées sur les chaines de production pour contrôler la présence éventuelle d'un corps étranger. On peut utiliser également des sources de rayonnement pour stériliser la nourriture ou des objets devant être rendus stériles pour par exemple une utilisation médicale. Les aliments sont simplement traversés par les rayons X : une fois la fin de l'irradiation, ils ne sont pas radioactifs.

Paléo-radiologie[modifier | modifier le code]

Les objets anciens trouvés lors de fouilles archéologiques sont parfois fragiles. On est amené à utiliser la radiologie pour étudier ces objets sans pour autant les détruire. Il peut s'agir d'armes pour comprendre leur mécanisme ou de coffre dont l'ouverture est impossible. On peut également utiliser les scanners X pour étudier des restes humains[3], parfois des momies.

Étude des matériaux[modifier | modifier le code]

En cristallographie, on peut étudier les propriétés des cristaux en les irradiant avec des rayons X. Du fait de leur structure périodique, les cristaux vont diffracter les rayons X de manière bien particulière.

Article détaillé : Diffractométrie de rayons X.

Il existe également une méthode permettant de caractériser les matériaux composant un échantillon. En le soumettant à des rayons x, cela provoque des excitations, ou ionisations des électrons des couches internes. En revenant à leur état de moindre énergie, les électrons réalisent des transitions électroniques, émettant ainsi un rayonnement électromagnétique de fluorescence dont le spectre de longueur d'onde est caractéristique des matériaux.

Article détaillé : Spectrométrie de fluorescence X.

Références[modifier | modifier le code]