Prise de Fort-Liberté (1794)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Siège de Fort-Liberté
Fort-Liberté en 2009.
Fort-Liberté en 2009.
Informations générales
Date
Lieu Fort-Liberté
Issue Victoire espagnole
Belligérants
Drapeau français République française Flag of Spain (1785-1873 and 1875-1931).svg Royaume d'Espagne
Commandants
• Candy • Gabriel de Aristizábal
• Joaquim de Saso
Jean-François
Forces en présence
1 031 hommes 400 hommes à terre
3 navires de ligne
1 frégate
Pertes
1 031 prisonniers
41 canons perdus
aucune
Révolution haïtienne
Batailles
Bois-Caïman — Croix-des-Bouquets — Morne Pelé — 1re La Tannerie — Port-au-Prince — Le Cap-français — Marmelade — Fort-Liberté — 1re Tiburon — Acul — La Bombarde — 2e Tiburon — Les Gonaïves — Port-Républicain — 1re Dondon — 2e La Tannerie — Saint-Marc — Léogane — Saint-Raphaël — Trutier — 3e Tiburon — 1re Verrettes — Grande-Rivière — Las Cahobas — Mirebalais — 2e Verrettes — Petite-Rivière — 2e Dondon — 1re Les Irois — 2e Les Irois — Jacmel


Expédition de Saint-Domingue

La Ravine-à-Couleuvres — Kellola — Plaisance — La Crête à Pierrot — Port-au-Prince — Vertières

Coordonnées 19° 40′ 04″ N 71° 50′ 23″ O / 19.66777778, -71.83972222 ()19° 40′ 04″ Nord 71° 50′ 23″ Ouest / 19.66777778, -71.83972222 ()  

Géolocalisation sur la carte : Haïti

(Voir situation sur carte : Haïti)
 Différences entre dessin et blasonnement : Prise de Fort-Liberté (1794).

La prise de Fort-Liberté se déroula pendant la Révolution haïtienne.

Le siège[modifier | modifier le code]

À la fin du mois de , une flotte espagnole de trois navires de ligne accompagnés d'une frégate débarquent 400 soldats à terre et réalise le blocus de Fort-Dauphin, rebaptisée par les révolutionnaires Fort-Liberté. Encerclés, les Républicains, commandés par le mulâtre Candy, se rendent à l'amiral Gabriel de Aristizábal sans tirer un seul coup de feu. Candy émet toutefois comme condition que les troupes noires de Jean-François ne soient pas autorisées à pénétrer dans la ville. Cependant les Espagnols ne respectent pas les conditions de la capitulation. Candy est arrêté et est ultérieurement envoyé travailler dans les mines au Mexique. La ville est occupée par les Espagnols du régiment de Porto-Rico sous les ordres de Don Joaquim de Saso[1]. Les Espagnols s'emparent de 41 canons, aucun de leur soldat n'est tué ; du côté républicain, 1 031 soldats sont retenus comme prisonniers de guerre[2].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Thomas Madiou, Histoire d'Haïti, Tome I,‎ 1847. texte en ligne sur google livres.
  • David Marley, Wars of the Americas: a chronology of armed conflict in the Western Hemisphere, 1492 to the present, Tome I, ABC-CLIO press,‎ 2008.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Thomas Madiou, Histoire d'Haïti, Tome I, p.169-170.
  2. David Marley, Wars of the Americas, Tome I, p.538.
Fort Saint Joseph - Fort Liberte, Haiti (Narrow entryway).jpg