Bataille de la Ravine à Couleuvres

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de la Ravine à Couleuvres
La bataille de Ravine-à-Couleuvres par Karl Girardet et Jean Jacques Outhwaite.
La bataille de Ravine-à-Couleuvres par Karl Girardet et Jean Jacques Outhwaite.
Informations générales
Date 23 février 1802
Lieu Artibonite, Haïti
Issue Victoire française
Belligérants
Drapeau français République française Flag of France.svg Saint-Domingue
Commandants
Donatien de Rochambeau Toussaint Louverture
Forces en présence
500 à 4 000 hommes 1 000 à 6 000 hommes
Pertes
200 morts
(selon Thomas Madiou)
faibles
(selon Madison Smartt Bell)
300 morts
(selon Thomas Madiou)
800 morts
(selon les Français)
Révolution haïtienne
Batailles
Bois-Caïman · Croix-des-Bouquets · Morne Pelé · 1re La Tannerie · Port-au-Prince · Le Cap-français · Marmelade · Fort-Liberté · 1re Tiburon · Acul · La Bombarde · 2e Tiburon · Les Gonaïves · Port-Républicain · 1re Dondon · 2e La Tannerie · Saint-Marc · Léogane · Saint-Raphaël · Trutier · 3e Tiburon · 1re Verrettes · Grande-Rivière · Las Cahobas · Mirebalais · 2e Verrettes · Petite-Rivière · 2e Dondon · 1re Les Irois · Jean-Rabel · 2e Les Irois · Jacmel
Expédition de Saint-Domingue

La Ravine-à-Couleuvres · Kellola · Plaisance · La Crête à Pierrot · Port-au-Prince · Vertières

Coordonnées 19° 19′ 00″ N 72° 35′ 00″ O / 19.316666666667, -72.58333333333319° 19′ 00″ Nord 72° 35′ 00″ Ouest / 19.316666666667, -72.583333333333  

Géolocalisation sur la carte : Haïti

(Voir situation sur carte : Haïti)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de la Ravine à Couleuvres.

La bataille de la Ravine à Couleuvres se déroula pendant l'expédition de Saint-Domingue au cours de la Révolution haïtienne.

La bataille[modifier | modifier le code]

Le 23 février, les troupes du général Rochambeau attaquèrent l'armée de Toussaint retranchées dans les gorges de la Ravine-à-Couleuvres.
Selon les archives françaises du ministère de la guerre, Toussaint disposait de 1 500 grenadiers d'élite, 400 dragons, 1 000 grenadiers issus de différentes demi-brigades, 1 200 hommes choisis parmi les meilleurs des bataillons de l'armée insurgée, ainsi que 2 000 cultivateurs dispersés dans les bois environnants.
Les rebelles opposèrent une bonne résistance mais durent se replier en désordre sur la Petite-Rivière, laissant 800 morts sur le champ de bataille[1].
Cependant dans son mémoire du fort de Joux, Toussaint déclare qu'il n'avait dans cette marche que 300 grenadiers et 60 cavaliers.
D'autres sources indiquent 3 000 hommes de troupes régulières. Il semble cependant certain que de nombreux ouvriers agricoles avaient rejoint les rebelles.
Toussaint écrivit en outre que selon les renseignements de prisonniers, Rochambeau avait 4 000 soldats.
Cependant selon l'historien Madison Smatt Bell, Rochambeau avait débarqué avec probablement 1 800 hommes à Fort-Liberté mais tous ne prirent pas part à la marche sur Les Gonaïves[2].

Dans la soirée du 22 février, les Français occupent les hauteurs de Morne Barade, ils sont rejoints par les troupes rebelles et le combat s'engage durant la nuit, les Français résistent, contre-attaquent et, à l'aube, rejettent les rebelles hors de la gorge.
Toussaint rallie cependant ses cavaliers sur la plaine de la plantation Périsse et lance une charge qui disperse les Français et les force à se replier sur les gorges de la Ravine-à-Couleuvres.
Les Français ne remportèrent pas un grand avantage, selon Madison Smart Bell les pertes de l'armée de Toussaint avaient été faibles cependant il perdait toute possibilité de communication avec le 9e régiment commandé par Jacques Maurepas[1].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Victor Schœlcher
  2. Madison Smartt Bell