Primer (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Primer.

Primer est un film américain de hard science-fiction réalisé par Shane Carruth. Il a reçu le grand prix du jury au festival de Sundance de 2004.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Dans une banlieue pavillonnaire américaine, un groupe de quatre ingénieurs passent leur temps libre à construire une machine capable de réduire la masse des objets. Deux d'entre eux, Aaron et Abe, découvrent par hasard une application inattendue de cette machine : la possibilité de revenir dans un passé proche. C'est alors qu'ils pensent pouvoir tirer profit de leur invention en anticipant les cours de la bourse, mais les choses peuvent leur échapper...

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Shane Carruth n'a pu réaliser son film qu'avec un très faible budget de 7 000 $. Le film repose sur l'intrigue et la psychologie des personnages. Comment les protagonistes réagissent-ils face aux immenses possibilités que leur donne leur invention ? Les effets spéciaux sont quasiment absents du film (il n'y a que des « effets normaux »), et celui-ci semble d'ailleurs très bien s'en passer puisqu'il ne s'appuie pas du tout sur ce type d'effets.

Au premier abord le film peut sembler complexe tant les références à des concepts scientifiques sont nombreux comme la thermodynamique, l'entropie, le diagramme de Feynman ou des éléments comme le palladium et l'argon. Cependant l'intrigue finit par l'emporter même si elle est une sorte de puzzle que doit reconstituer le spectateur avec les indices qu'il arrive à déceler.

Concepts particuliers[modifier | modifier le code]

De par certains concept, Primer est une petite révolution dans l'approche du voyage temporel.

Il y a un élément particulier dans Primer, contrairement à l'ensemble des autres films de voyage dans le passé, la question de savoir comment est déterminée la « date d'arrivée » est complètement traité de manière scénaristique. En effet, là où d'autres éliminent cette question en faisant intervenir un aléa (on arrive au hasard) ou la technique d'un minuteur réglable (comme dans retour vers le futur), Primer lui utilise une action dans le passé pour définir l'arrivée : le voyageur démarre la machine au moment où il doit arriver. Il est intéressant de remarquer que l'on programme l'arrivée avant même de savoir quand on va partir, il y a une inversion des actions, ce qui en fait un concept original. On peut remarquer que la durée du voyage à l’intérieur de la machine est aussi longue que le temps qui remonte, simplement il s’écoule dans l'autre sens : pour revenir une heure en arrière, il faut passer une heure dans la machine.

Contrairement aux premiers films sur le voyage dans le passé, Primer expose le principe de boucle (qui fût repris dans Timecrimes). à l'instant t1, le personnage revient à t0 (où il peut se "croiser" lui-même avant son départ, en général on parlera d'observation pour des raisons scénaristiques). Entre t0 et t1, il y a deux instances du personnage, puis à t1 le premier part dans la machine, on termine la boucle, il ne reste qu'une seule instance, la boucle est cohérente. Ce système n'est pas compatible avec un voyage dans le futur, parce que le temps ne s’écoule pas naturellement en arrière pour refermer la boucle. Une fois le concept de boucle assimilé, il faut imaginer plusieurs de ces boucles (qui s'imbriquent) pour se faire une image de la ligne de temps du film.

Lien externe[modifier | modifier le code]