Praxilla

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Praxilla

Activités poétesse
Naissance VIe-Ve siècle
Sicyone
Langue d'écriture grec ancien
Genres scolie, hymne, dithyrambe

Praxilla (grec ancien : Πράξιλλα) est une poétesse grecque du VIe ou Ve siècle avant J.-C., née à Sicyone.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Praxilla a composé des hymnes, dont l'un met en scène Adonis au pays des morts, et des dithyrambes. Selon Athénée (XV, 694), « Praxilla de Sicyone fut aussi très admirée pour les scolies qu'elle fit[1] ». La scolie était une sorte de chanson à boire, inventée par Terpandre et pratiquée par Alcée, Sappho, Simonide ou Pindare[2]. Praxilla a aussi inventé un mètre, dit praxilléen, au rythme fluide et rapide[3]. Il ne reste que des fragments de ses œuvres.

Les quatre premiers mots du fragment suivant ont été retrouvés sur un vase daté de 450 avant J.-C. :

ὦ διὰ τᾶς θυρίδος καλὸν ἐμβλέποισα
παρθένε τὰν κεφαλὰν τὰ δ' ἔνερθε νύμφα

Ô toi, ton beau beau regard par la fenêtre,
vierge par la tête mais femme par le bas

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Traduction Jean Baptiste Lefebvre de Villebrune.
  2. Harry Thurston Peck, « Scolion », Harpers Dictionary of Classical Antiquities, New York, Harper and Brothers, 1898.
  3. Battistini 1998, p. 258.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (grc+fr) Yves Battistini, Poétesses grecques, Paris, Imprimerie nationale, coll. « La Salamandre »,‎ 1998 (ISBN 2743302607).

Liens externes[modifier | modifier le code]