Plate-forme (géologie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Plate-forme.
Les grandes régions géologiques (USGS)
Croûte océanique
  •      0-20 Ma
  •      20-65 Ma
  •      >65 Ma
Crôute continentale

En géologie, une plate-forme est une couverture sédimentaire (strates relativement plates ou légèrement inclinées) qui recouvre un socle de roches métamorphiques ou ignées. Les plates-formes, les boucliers et les socles constituent les cratons.

Il est également d'usage d'utiliser le terme de plateforme comme un terme général pour désigner une séquence de plates-formes carbonatées en eau peu profonde. Ces plates-formes carbonatées peuvent se développer dans presque n'importe quel contexte tectonique, mais elles sont particulièrement répandues le long des marges passives.

Exemples[modifier | modifier le code]

Bloc diagramme modélisant la plate-forme carbonatée au Lias moyen dans le Haut Atlas (Maroc) ; foraminifères et cycles émersifs.
Détails de cycles émersifs métriques dans deux coupes du Lias moyen, distantes de 230 km ; les niveaux de tempêtes et tsunami, riches en foraminifères déplacés. Maroc.
Cycle virtuel émersif « shallowing upward sequence » métrique observé sur toute la marge sud de la Thétys liasique sur plus de 10 000 km. Les (micro)fossiles sont identiques jusqu'en Oman et au-delà.
Ciment stalactite dans la zone supratidale en milieu de diagenèse vadose, sommet de cycle émersif, Lias moyen, Haut Atlas, Maroc. Section mince, L = 0,3 mm.

Beaucoup de champs pétrolifères se forment à partir de sédiments déposés le long des plates-formes carbonatées. Différents types de plates-formes carbonatées sont identifiées, notamment les plateaux continentaux à encorbellement ou sans bordure marquée, les plates-formes isolées ou ennoyées.

Un exemple est illustré par la plate-forme carbonatée du Haut Atlas (Maroc) au Lias moyen : la série sédimentaire d'une centaine de mètres est composée d'une accumulation de cycles régressifs dans un cadre tectonique en lente subsidence (processus autocyclique)[1]. Un bon équivalent actuel est représenté par les dépôts côtiers du fond du golfe de Gabès en Tunisie et les lagunes ou "chotts" associés. Des forages manuels effectués par Davaud, Strasser & M'Rabet en 1991 (Univ. Genève et Tunis) montrent clairement la cyclicité de la sédimentation dans les lagunes (voir figures. Ces cycles émersifs et les structures diagénétiques sont parfaitement identiques à ceux observés dans le Lias moyen du Haur Atlas, il y a - 190 Ma (Septfontaine, 1984,1985).

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. M. Septfontaine, « Milieux de dépôts et foraminifères (lituolidés) de la plate-forme carbonatée du Lias moyen au Maroc », Rev. de Micropal., vol. 28, no 4,‎ 1985, p. 265-289

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]