Plasmodium falciparum

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Plasmodium falciparum

Description de cette image, également commentée ci-après

Plasmodium falciparum (stade en anneau du parasite dans une hématie)

Classification
Domaine Eukaryota
Règne Chromalveolata
Division Alveolata
Embranchement Apicomplexa
Classe Aconoidasida
Ordre Haemosporida
Famille Plasmodiidae
Genre Plasmodium

Nom binominal

Plasmodium falciparum
Welch, 1897

Plasmodium falciparum est une des espèces de Plasmodium, parasites qui causent le paludisme chez l'être humain. Il est transmis par la piqûre d'anophèle femelle (un moustique). P. falciparum est le plus dangereux de ces parasites causant le paludisme car il entraîne le taux de mortalité le plus élevé. En outre, il représente 80 % de toutes les infections malariques humaines et 90 % des décès. Il est plus répandu en Afrique subdésertique que dans d'autres régions du monde.

Le cycle de reproduction comprend deux modes et a lieu chez deux hôtes différents :

  1. Le cycle asexué ou schizogonie se produit chez l'être humain
  2. Le cycle sexué ou sporogonie se produit chez l'insecte
  1. Le cycle chez l'être humain
    • Le parasite de l'anophèle passe de sa salive au sang de l'être humain.
    • Invasion de la circulation sanguine sous forme sporozoïtes.
    • Atteint le foie et transformation en mérozoïte.
    • Mérozoïtes envahissent les globules rouges et provoquent leur éclatement et la libération de toxines.
    • Différenciation des mérozoïtes en gamètes.
    • Ingestion des gamètes par un moustique, fécondation et développement dans l'insecte. Migration du parasite au niveau des glandes salivaires.
  2. Le cycle chez l'insecte
    • Les gamètes mâles et femelles forment des oocystes [réf. souhaitée].
    • Les oocystes[réf. souhaitée] contiennent des sporozoïtes.
    • Sporozoïtes vont migrer vers les glandes salivaires.

On trouve des parasites proches de Plasmodium falciparum chez les chimpanzés et aussi plusieurs souches chez le gorille dont une seule se révèle extrêmement proche de la souche qui infecte l'homme et en est, sans doute, l'origine[1].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Weimin Liu, Yingying Li, Learn GH et Als[Qui ?]. Origin of the human malaria parasite Plasmodium falciparum in gorillas, Nature, 2010 ; 467 : 420–425.

Lien externe[modifier | modifier le code]