Pisandre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pisandre (homonymie).

Pisandre (Πείσανδρος, Camiros, ~645 av JC - ~590 av JC) est un poète grec de l'antiquité, cité juste après Homère et Hésiode dans la liste des poètes épiques du canon alexandrin.

Biographie[modifier | modifier le code]

Nous ne savons pas grand-chose de ce poète. Il serait né à Camiros, sur l'île de Rhodes[1]. Ses parents se nommeraient Peison et Aristecma, et il aurait une sœur du nom de Diokleia. Mis à part ces données relativement sans importances, nous restons dans l'incertitude concernant sa vie. Il serait né durant la XXXIIIe Olympiade (648-645 av. J.-C.), mais selon certain il aurait vécu avant Hésiode (VIIe - VIe siècle av. J.-C.), et aurait été un ami du poète mythique Eumolpos[2].

Selon Théocrite, les habitants de Camiros auraient érigé une statue en son honneur, mais, si toutefois elle a réellement existé, le travail des siècles l'a fait disparaitre[3].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Pisandre est l'auteur d'une Héracléide (Ἡράκλεια / Hêràkleia), un poème en 2 livres sur les travaux d'Héraclès. Il semble que c'est dans ce poème qu'est apparue pour la première fois l'image d'un Héraclès couvert d'une peau de lion et brandissant une massue. Il semble que le choix du nombre douze pour le nombre de travaux qu'a dû accomplir le héros ne soit pas le fait de Pisandre, quoique Karl Otfried Müller l'attribue aussi au poète[4]. Selon Clément d'Alexandrie, Pisandre n'aurait été qu'un plagiaire s'étant approprié le poème de Pisine, un poète de Lindos (Rhodes)[5]. De l’Héracléide il ne nous reste malheureusement que quelques brefs fragments, deux transmis par l'école d'Aristophane[6], et un par Stobée[7].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Souda, article « Peisandros » (numéro Adler : pi,1465) [lire en ligne]
  • (en) Edward Elder, "Pisander" in William George Smith (ed), Dictionary of Greek and Roman Biography and Mythology, London : J. Walton, 1849, Vol. III (Oarses-Zygia), p. 168 [lire en ligne]
  • (it) Karl Otfried Müller, Istoria della letteratura greca, di Carlo Ottofredo Müller; prima traduzione italiana dall'originale tedesco preceduta da un proemio sulle condizioni della filologia e sulla vita e le opere dell'autore per Giuseppe Müller ed Eugenio Ferrai. Firenze : F. Le Monnier, 1858, p. 160 (on-line)

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Souda, v. Πείσανδρος (Peìsandros)
  2. Étienne de Byzance, v. Κάμιρος (Càmiros)
  3. Théocrite: Epigraphes, XX
  4. Karl Otfried Müller, Histoire de la littérature grecque, op. cit., p. 160
  5. Clemens Alexandrinus, Stromateis, Strom. 2, 25, 2; Clementis Alexandrini opera Graece et Latine queae extant. Daniel Heinsius textum Graecum recensuit, interpretationem veterem locis infinitis meliorem reddidit: breues in fine emendationes adiecit. Accedunt diuersae lectiones & emendationes, partim ex veterum scriptis, partim ex huius aetatis doctorum iudicio a Friderico Sylburgio collecta: cum tribus locupletibus, auctorum, rerum, verborum, & phraseon indicibus, Lugduni Batauorum : excudit Ioannes Patius academiae typographus pro bibliopolio Commeliniano, 1616, VI, p. 266
  6. Nub. 1034
  7. Flor. XII, 6