Pierre Autin-Grenier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Pierre Autin-Grenier est un écrivain français né à Lyon le 4 avril 1947[1] et mort dans cette même ville le 12 avril 2014 (à 67 ans)[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Auteur de proses poétiques, récits et nouvelles, Pierre Autin-Grenier est devenu, au fil d’une œuvre à plusieurs facettes, un adepte reconnu de la forme brève – de quelques lignes à quelques pages - au rythme et à l’écriture travaillés.

De ses premiers textes, Jours anciens, Chroniques des faits, Légende de Zahkor, Histoires secrètes, Les radis bleus aux recueils de nouvelles et récits publiés chez Gallimard (Je ne suis pas un héros, Toute une vie bien ratée, L’éternité est inutile…), il s’est construit de livre en livre une voix bien à lui où la révolte reste intacte.

Même si on rit franchement à la lecture des livres de Pierre Autin-Grenier, la rage de vivre dans un monde où la fraternité n’a plus beaucoup de sens pointe souvent derrière l’autodérision, la joyeuse gouaille et les phrases cinglantes avec lesquelles il aborde le quotidien le plus banal.

Parmi ses derniers livres parus, Friterie-bar Brunetti (Gallimard, 2005) rend un hommage empreint de nostalgie au monde des bistrots de quartier et rappelle au passage que bien des révolutions ont commencé dans les cafés.

En 2003, il est couronné du Prix Alexandre Vialatte pour L’Éternité est inutile[2], et en 2011, du Grand Prix de l'Humour noir Xavier Forneret pour C'est tous les jours comme ça : les dernières notes d'Anthelme Bonnard[2].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Une Histoire
  1. Je ne suis pas un héros, récits, L’Arpenteur/Gallimard, 1996 ; Folio n° 3798, 2003
  2. Toute une vie bien ratée, récits, L’Arpenteur/Gallimard, 1997 ; Folio, n° 3195, 1999
  3. L’Éternité est inutile, récits, L’Arpenteur/Gallimard, 2002 ; prix du livre du département du Rhône 2002 ; prix Alexandre Vialatte 2003
  • Les Radis bleus, journal, Le Dé bleu, 1991; Folio, n° 4163, 2005
  • Friterie-bar Brunetti, L’Arpenteur/Gallimard, 2005
  • L’Ange au gilet rouge, nouvelles, Syros, 1990; L’Arpenteur/Gallimard, 2007
  • Jours anciens, L’Arbre/Christine Le Mauve (02370 Aizy-Jouy), 1980, rééditions augmentées 1986 et 2003
  • Histoires secrètes, L.-O. Four, 1982 ; rééditions La Dragonne, 2000 et 2013
  • Chroniques des faits, L’Arbre/Christine Le Mauve (02370 Aizy-Jouy), 1992
  • Impressions de Lozère : la Margeride, Les Presses du Languedoc (ouvrage collectif), 1992
  • Légende de Zahkor, L’Arbre à paroles (Bruxelles) 1996 ; rééd. Éditions en Forêt/Verlag Im Wald (D—93495 Rimbach), 2002, édition trilingue (français, italien, allemand) sous une couverture de Ibrahim Shahda
  • 13, Quai de la Pécheresse, 69000 Lyon, éditions du Ricochet (roman collectif), 1999
  • Là-haut, nouvelle, Éditions du Chemin de fer, 2005 ; accompagnée de 14 peintures de Ronan Barrot
  • Un Cri, nouvelle, Cadex Éditions, 2006 ; préface de Dominique Fabre, illustrations de Laurent Dierick ; prix Léo Ferré-Ville de Grigny 2007
  • C'est tous les jours comme ça : les dernières notes d'Anthelme Bonnard, éditions Finitude, 2010 ; prix Loin du marketing 2010, Grand Prix de l'Humour noir Xavier Forneret 2011.
  • Élodie Cordou, La disparition, Éditions du Chemin de fer, 2010 ; accompagné de peintures de Ronan Barrot
  • Quand j'étais écrivain (en collaboration avec Christian Garcin), éditions Finitude, 2011
  • Rats, Éditions Circa 1924, 2012 ; illustré par Georges Rubel

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Prix du livre du département du Rhône 2002 pour L’Éternité est inutile
  • Prix Alexandre Vialatte 2003 pour L’Éternité est inutile
  • Prix Léo Ferré-Ville de Grigny 2007 pour Un cri
  • Prix Loin du marketing 2010 pour C'est tous les jours comme ça : les dernières notes d'Anthelme Bonnard
  • Grand Prix de l'Humour noir Xavier Forneret 2011 pour C'est tous les jours comme ça : les dernières notes d'Anthelme Bonnard

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Dossier PA-G et hommage de François de Cornière sur revue-texture