Papa Celestin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Papa Celestin

Description de cette image, également commentée ci-après

Papa Celestin et Alphonse Picou photographiés par Stanley Kubrick (1950).

Informations générales
Nom de naissance Oscar Celestin
Naissance 1er janvier 1884
Napoleonville (Louisiane)
Décès 15 décembre 1954 (à 70 ans)
La Nouvelle-Orléans
Genre musical Jazz
Instruments Trompette, cornet à pistons
Années actives 1910-1954

Oscar Celestin, dit Papa Celestin est un trompettiste, cornettiste et chef d'orchestre américain, né le 1er janvier 1884 à Napoleonville et mort le 15 décembre 1954. Il fut l'un des premiers musiciens de jazz professionnels américains.

Vie et carrière musicale[modifier | modifier le code]

Fils d'un tailleur de canne à sucre, Celestin naît à Napoleonville en Louisiane. Il travaille dans sa jeunesse, dans les plantations de canne à sucre de Louisiane. À la recherche de meilleures conditions de vie, il est engagé comme cuisinier pour le compte de la Texas & Pacific Railroad, économise ainsi de l'argent et acquière des instruments de musique. Il joue dans un premier temps de la guitare et du trombone avant de choisir le cornet à pistons comme instrument principal. Il prend des leçons de musique auprès du musicien Claiborne Williams, avec il a remonté le Bayou Lafourche à partir de Donaldsonville. Au début des années 1900 il joue avec la formation Algiers Brass Band et avec divers petits groupes avant de s'installer à La Nouvelle-Orléans en 1904 à l'âge de 20 ans[1].

À La Nouvelle-Orléans, il joue à l'Imperial, l'Indiana, au sein de l'Olympia Brass Bands de Henry Allen et l'orchestre de danse du tromboniste Jack Carey. Au début de sa carrière, il est parfois appelé « Sonny » Celestin. Vers 1910, il décroche un emploi en tant que leader de l'orchestre du Tuxedo Dance Hall situé sur la rue North Franklin près du quartier de Storyville[2]. Il a gardé le nom « Tuxedo » pour le nom du band après la fermeture du Dance Hall. En habillant les musiciens en smoking (nommé tuxedo aux États-Unis), le Tuxedo est devenu l'un des groupes les plus populaires engagé pour ses codes à la fois noir et blanc. Celestin a codirigé le band Tuxedo pendant plusieurs années avec le tromboniste William Ridgely. Ils effectuent leurs premiers enregistrements avec le groupe au cours d'un voyage à La Nouvelle-Orléans en 1925 pour Okeh Records. Peu de temps après un désaccord se produit entre Ridgely et Celestin, pour environ 5 ans sur la conduite du band Tuxedo. L'orchestre Tuxedo d'origine de Celestin fait une autre série d'enregistrements pour Columbia Records jusqu'à la fin des années 1920. En plus de l'Orchestre Tuxedo, Celestin mène le Tuxedo Brass Band, l'un des orchestres de cuivres les plus reconnu dans la ville. Les principaux musiciens à se faire connaître à cette période sont le tromboniste Bill Mathews, le pianiste Octave Crosby, le batteur Christopher Goldston, le cornettiste Joe Oliver, le trompettiste Mutt Carey, le clarinettiste Alphonse Picou, le bassiste Alexis Ricard et le trompettiste Louis Armstrong qui ont joué dans l'Orchestre Tuxedo d'origine avec Celestin[3].

En 1932, Celestin est forcé de quitter son band en période de crise économique et travaille ensuite sur un chantier naval jusqu'à ce qu'il rejoigne un autre band après la Seconde Guerre mondiale. Le nouveau Tuxedo Brass Band remporte un grand succès et est acclamé comme l'une des principales attractions touristiques de La Nouvelle-Orléans. En 1953, Papa Celestin mène son orchestre dans le documentaire à gros budget nommé Cinerama Holiday. Son orchestre devient une attraction régulière du Paddock Lounge de la rue Bourbon dans le quartier français et réalise régulièrement des enregistrements d'émissions de radio, passages à la télévision. En 1953, Célestin donne une représentation pour le président Eisenhower à la Maison-Blanche[4].

La Fondation Jazz de La Nouvelle-Orléans a réalisé un buste de Celestin pour l'ensemble de sa grande contribution au jazz tout au long de sa vie et qu'elle a fait don au Musée Delgado de La Nouvelle-Orléans. Il est reconnu comme l'un des plus grands musiciens de la musique de La Nouvelle-Orléans, près de 4 000 personnes ayant défilé lors de ses funérailles à sa mort en décembre en 1954[2]. Après sa mort, la direction de l'orchestre Tuxedo Brass Band est brièvement pris en charge par le tromboniste Eddie Pierson jusqu'à sa mort en 1958. La direction du band est revenue au joueur de banjo Albert "Papa" French jusqu'à sa mort en 1977.

Discographie sélective[modifier | modifier le code]

Enreg. Nom de l'album Label
1950 The Battle of the Bands Fairmont
1954 Marie Laveau GHB

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. p. 750 (en) Colin Larkin, The Guinness encyclopedia of popular music, Volumes 1 à 6, Guinness,‎ 1995, 4991 p. (ISBN 1561591769 et 9781561591763).
  2. a et b (en) Uncle Dave Lewis, « Oscar "Papa" Celestin -Biography », sur allmusic.com (consulté le 12 mars 2011).
  3. p. 51 (en) Henry Martin, Keith Waters, Jazz: the first 100 years, Cengage Learning,‎ 2005, 438 p. (ISBN 0534628044 et 9780534628048).
  4. p. 136 (en) Ian Carr, Digby Fairweather, Brian Priestley, The rough guide to jazz, Rough Guides,‎ 2004, 927 p. (ISBN 1843532565 et 9781843532569).

Liens externes[modifier | modifier le code]