Palais royal de Mari

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Palais royal de Mari
Couloir à l'intérieur des ruines du palais royal de Mari
Couloir à l'intérieur des ruines du palais royal de Mari
Présentation
Nom local Palais de Zimri-Lim
Type Palais royal
Date de construction XXIIeXIXe siècles av. J.-C.
Propriétaire Dynastie des shakkanakku de Mari
Géographie
Pays Syrie
Localisation
Coordonnées 34° 33′ 06″ N 40° 53′ 16″ E / 34.55176, 40.887702 ()34° 33′ 06″ Nord 40° 53′ 16″ Est / 34.55176, 40.887702 ()  

Géolocalisation sur la carte : Syrie

(Voir situation sur carte : Syrie)
Palais royal de Mari

Le palais royal de Mari, également appelé, abusivement, palais de Zimrî-Lîm, est un palais de Mari, construit pendant la période des shakkanakku (XXIIeXIXe siècles av. J.-C.) Il a été conservé dans un état exceptionnel.

Le palais mesure 200 mètres de longueur pour 120 de large. Il couvre un espace de 2,5 hectares, découpé en près de 300 pièces. Il disposait d'un étage, voire deux.

Le découpage de l'espace intérieur est très bien connu, notamment grâce aux archives livrées par ce palais : plus de 15 000 documents, dont des milliers de tablettes sur la vie quotidienne du palais, avec notamment la liste des repas servis, avec des indications sur les ingrédients utilisés, témoignant du savoir-faire des cuisiniers de l'époque, et des tablettes sur les relations du roi avec son administration et les royaumes voisins.

On accède au palais par une porte située au nord de l'édifice. On pénètre alors dans la cour principale. En direction du sud se trouve la zone sacrée (sur l'emplacement de l'Enceinte sacrée), organisée autour de plusieurs petites chapelles. Au fond du bâtiment se trouvent les grands magasins, mal conservés. La partie ouest du palais est réservée au secteur officiel, la « Maison du Roi ». On y trouvait des cuisines, des réserves, le secteur administratif, et le secteur officiel, avec la salle du trône. C'est le centre de décision du royaume de Mari. Elle est organisée autour de trois petites cours, dont la « cour du palmier », nommée ainsi parce qu'un palmier y était planté, et la salle du trône, ces deux cours étant séparées par une cour intermédiaire. Elles sont couvertes de peintures murales (dont la « peinture de l'investiture »). Les appartements royaux se trouvaient à l'étage. Au nord-ouest, une zone de résidence, dite « Seconde Maison », probablement le harem (où résidaient les épouses et concubines du roi avec leurs enfants en bas-âge, leur personnel).

Cette construction est d'une grande qualité, pas seulement par son plan et sa remarquable organisation de l'espace. Elle est aussi une grande prouesse technique. Les murs de briques crues étaient enduits de plâtre et d'argile, des salles étaient dallées, et un système d'aération et d'éclairage de l'espace intérieur ingénieux avait été mis au point, ainsi qu'un système d'écoulement des eaux usées. On a même retrouvées deux salles de bain, contenant une baignoire, des toilettes, et parfaitement imperméabilisées. Et quelques œuvres d'art également, comme la statue de la « déesse au vase jaillissant », et les peintures murales polychromes, dont la plus remarquable est la « peinture de l'Investiture ».