Obélisque de Buenos Aires

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Obélisque de Buenos Aires
Image illustrative de l'article Obélisque de Buenos Aires
Présentation
Nom local Obelisco de Buenos Aires
Type Obélisque
Architecte Alberto Prebisch
Date de construction -
Dimensions 67,5
Géographie
Pays Drapeau de l’Argentine Argentine
Quartier San Nicolás
Localité Buenos Aires
Localisation
Coordonnées 34° 36′ 13″ S 58° 22′ 54″ O / -34.603611, -58.381667 ()34° 36′ 13″ Sud 58° 22′ 54″ Ouest / -34.603611, -58.381667 ()  

Géolocalisation sur la carte : Buenos Aires

(Voir situation sur carte : Buenos Aires)
Obélisque de Buenos Aires

Géolocalisation sur la carte : Argentine

(Voir situation sur carte : Argentine)
Obélisque de Buenos Aires

L'Obélisque de Buenos Aires, est situé au centre de la Plaza de la República, à l'intersection des avenues Corrientes et 9 de julio. C'est l'une des icônes de Buenos Aires.

Historique[modifier | modifier le code]

La construction du monument commença le 20 mars 1936; il fut inauguré le 23 mai 1936, pour le quatrième centenaire de la première fondation de la ville, ne demandant que 31 jours pour son édification. Il fut dessiné par l'architecte Albert Prebisch (un des principaux architectes du modernisme argentin et également auteur du Teatro Gran Rex voisin, dans les rues Corrientes et Suipacha), sur la demande de l'intendant de la ville Mariano de Vedia y Mitre (nommé sous la présidence d'Agustín Pedro Justo), et construit par l'entreprise Siemens Bau Union. Il mesure 67,5 mètres de hauteur (celui de Louxor à Paris mesure 22,87 m) et 49 m² de base. Il est creux et a une seule porte d'entrée. À son sommet sont disposées quatre fenêtres, que l'on ne peut atteindre qu'en escaladant un escalier vertical de 206 marches.

En février 1938, Roberto Marcelino Ortiz succéda à Justo, et désigna, comme nouvel intendant de la ville un certain Arturo Goyeneche. Le Conseil Délibérant, par l'Ordonnance Nº 10.251 de juin 1939, sanctionna la démolition de l'Obélisque, mêlant des raisons économiques, esthétiques et de sécurité publique. Mais le pouvoir exécutif municipal mit son véto à l'ordonnance, caractérísant celle-ci d'acte sans valeur ni contenu juridique, étant donné qu'il s'agissait d'un monument sous juridiction et protection de la nation, à laquelle appartenait ce patrimoine.

À noter qu'à l'endroit où se dresse l'obélisque, on dut démolir l'église dédiée à Saint Nicolas de Bari. Or, c'est dans celle-ci que fut hissé officiellement pour la première fois le drapeau argentin dans la ville de Buenos Aires en 1816: cette circonstance est rappelée sur une des inscriptions lisibles sur l'obélisque, côté nord.

Pour sa construction, qui coûta 200 000 pesos de l'époque, on utilisa 680 m³ de ciment et 1360 m² de pierre blanche de Córdoba (l'obélisque de Louxor, à Paris, a un poids de 227 tonnes). Suite à certains vandalismes qui eurent lieu en 1938, on enleva le revêtement de pierre et on le remplaça par du ciment poli.

La structure du monument, basée sur l'esthétique nationaliste, a engendré bien des polémiques parmi les partisans de la rénovation de la ville et les secteurs plus traditionalistes. Actuellement cependant, il a conquis les cœurs et on le considère comme un symbole de la ville.

L'obélisque a fréquemment été utilisé comme point de rassemblement pour diverses manifestations, qui embrassent aussi les rues environnantes (Avenida 9 de julio et Avenida Corrientes), phénomène assez semblable à ce qui se passe Plaza de Mayo.

Diverses manifestations eurent lieu autour de l’obélisque comme : La pose d'un préservatif géant sur l'obélisque en décembre 2005. Le 150ème anniversaire des relations germano-argentines en septembre 2007. Le survol de l'obélisque par la patrouille de France en novembre 2009.

Sur les autres projets Wikimedia :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]