Nicolas Sehnaoui

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nicolas Sehnaoui

Nicolas Maurice Sehnaoui (né le 23 avril 1967 à Beyrouth) est ministre libanais des Télécommunications[1] depuis juin 2011. Il est marié avec Paula Naïm et ont ensemble 3 enfants.

Études[modifier | modifier le code]

Grand Lycée Franco- Libanais de Beyrouth, licence en Sciences Economiques à Paris II Assas, puis maîtrise à l’École Supérieure des Affaires-ESCP à Beyrouth.

Vie professionnelle[modifier | modifier le code]

Nicolas Sehnaoui a géré deux compagnies privées dans les domaines de l’assurance et de la distribution d’équipement de construction.

Responsabilités[modifier | modifier le code]

  • Cofondateur, en 2009, de la Fondation Mouna Bustros (nom de sa mère décédée en 1989) qui œuvre « vers le développement » dans les quartiers défavorisés de Beyrouth 1
  • Cofondateur, en 1990, du Mouvement du Citoyen Libanais qui militait pour un Liban laïc.
  • Responsable, de 2005 à 2011, du comité économique du Courant Patriotique Libre.
  • Membre actif, depuis 2006, dans le chapitre libanais du groupe « Young Presidents Association ».
  • Aux élections parlementaires de 2009, candidat perdant avec 47 % des voix à la circonscription de Beyrouth 1.
  • Auteur de l’ouvrage L’avenir nous appartient… si, lequel a battu le record des signatures au Salon du Livre en 2010.

Réalisations du ministre[modifier | modifier le code]

En juin 2011, Nicolas Sehnaoui est nommé ministre des Télécommunications, membre du Bloc du changement et de la réforme, au sein du gouvernement de Najib Mikati.

Le dynamisme du jeune ministre a permis de poursuivre les réformes enclenchées depuis l'année 2008 par ses prédécesseurs. Fin 2011, la 3G était lancée alors que dans le même temps, l'internet haut-débit s'ouvrait aux abonnés internet de toutes les régions suivi d'une réduction de 80 % des tarifs[1].

Le ministre œuvre actuellement à l'amélioration de la qualité du réseau de téléphonie mobile à travers le projet de National Roaming, dont l'implémentation totale est prévue d'ici fin 2012 [2]. De même, les travaux d'installation des fibres optiques sont en cours afin d'améliorer encore la qualité de l'internet et placer le Liban dans le peloton de tête des infrastructures de télécommunications.


Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]