National Space Science Data Center

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le National Space Science Data Center (NSSDC) est un service de la division Exploration du système solaire de la NASA avec pour rôle d'archiver les données scientifiques collectées durant les missions de la NASA. Ces données sont aussi bien des données brutes (comme des relevés d'instruments) que des images.

Toutes les données du NSSDC sont en libre accès et du domaine public.

Histoire[modifier | modifier le code]

Créé en 1966, le NSSDC est situé au Goddard Space Flight Center à Greenbelt dans l'État du Maryland.

La majorité du personnel du NSSDC est composé de physiciens, d'informaticiens, d'analystes, de développeurs et de techniciens spécialisés dans le traitement des données[1].

Les premiers supports de stockage étaient des bandes magnétiques de type IBM 7 track et 9 track, des photos argentiques ainsi que divers autres supports comme le papier. Depuis le milieu des années 1980, les données sont numérisées et rendues disponibles en ligne à travers Internet ou distribuées sur CD-ROM [1].

Au 22 août 2007, c'est plus de 36,6 téraoctets de données numériques qui ont été archivées par le NSSDC. Sur cette quantité d'informations, plus de trois téraoctets sont disponibles en ligne[2].

Master Catalog[modifier | modifier le code]

Le NSSDC Master Catalog (NMC) est une base de données en ligne et publique recensant tous les engins spatiaux, qu'ils soient de la NASA ou non[3]. Les informations disponibles sont de divers types et vont de la date de lancement, aux résultats obtenus en passant par une description de l'engin spatial.

Un identifiant unique, le International Designator (NSSDC ID), est attribué à chaque engin répertorié et dont le lancement a été un succès. Le NSSDC ID se compose de l'année de lancement sur quatre chiffres, d'un tiret suivi d'un numéro sur trois chiffres représentant le numéro du lancement réussi dans l'année. Une lettre en majuscule suit ce numéro et représente la séquence de lancement. Les lancements avortés ont un identifiant arbitraire, comme celui pour Vanguard SLV 1 (VAGSL1) du 27 mai 1958 [4].

À titre d'exemple, le premier satellite artificiel Spoutnik, lancé le 4 octobre 1957, a l'identifiant 1957-001B [5] et son lanceur l'identifiant 1957-001A [6]. Le A signifie que cet engin a servi à transporter Spoutnik. Le Long Duration Exposure Facility, un satellite artificiel qui hébergea plusieurs expériences de longue durée, a l'identifiant 1984-034B [7] et la navette Challenger qui l'a transporté le numéro 1984-034A [8]. On sait ainsi que c'est le trente-quatrième lancement réussi de l'année 1984.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) NASA, « About the NSSDC... »,‎ 17 mai 2007 (consulté le 24 août 2007)
  2. (en) NASA, « Obtaining Data From the NSSDC »,‎ 22 août 2007 (consulté le 24 août 2007)
  3. seuls quelques satellites militaires ne sont pas présents
  4. (en) NASA, « Vanguard SLV 1 » (consulté le 24 août 2007)
  5. (en) NASA, « Sputnik 1 » (consulté le 24 août 2007)
  6. (en) NASA, « Sputnik 1 Rocket Body » (consulté le 24 août 2007)
  7. (en) NASA, « LDEF 1 » (consulté le 24 août 2007)
  8. (en) NASA, « STS 41C » (consulté le 24 août 2007)

Liens externes[modifier | modifier le code]