Nabu-rimanni

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Nabu-rimanni, contemporain de Cléostrate, est un astronome chaldéen né à Babylone[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Certaines sources cunéiformes mentionnent un astronome de ce nom ; Strabon, dans sa Géographie, écrit qu’à Babylone, il existe un établissement pour des philosophes locaux, que l’on appelle « Les Chaldéens » ; ils ne s’intéressent pas principalement à l’astronomie, mais certains, à qui par ailleurs les autres philosophes accordent peu de crédit, professent l’art d’écrire l’horoscope. Strabon mentionne une tribu qui porte le nom de Chaldéens également, parmi lesquelles certains groupes sont des groupes qui se consacrent à l’astronomie ; on trouve :

  • Orquènes (dans la région d’Uruk)
  • Borsippènes (dans la région de Borsippa)

Puis Strabon explique après cette distinction que le reste forme des sectes dont les dogmes diffèrent à propos des mêmes sujets. Kidenas, Nabourianos et Soudinès font partie de cette sorte de mathématiciens. Le colophon cunéiforme d’argile VAT 209 comprenant le système babylonien A d’Éphémérides lunaires pour les années de -49 à –48 affirme qu’il s’agit bien de la tablette[2] de Nabu-rimanni, similaire aux autres colophons de deux autres tersitu du System B mentionnant Kidinnu.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Si plusieurs textes cunéiformes grecs et latins mentionnent un astronome portant ce nom, il n’est pas évident qu’ils renvoient tous à la même personne.
  2. Ces tablettes sont appelées tersitu ; le mot peut également être synonyme du mot outil.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Otto E. Neugebauer : A History of Ancient Mathematical Astronomy Part Two IV A 4, 4A (p. 611). Springer, Heidelberg 1975 (reprinted 2004).
  • Otto E. Neugebauer : Astronomical Cuneiform Texts. 3 volumes. London: 1956; 2nd edition, New York: Springer, 1983. (Commonly abbreviated as ACT): Vol.I pp. 12,13
  • Herman Hunger et David Pingree : Astral Sciences in Mesopotamia pp. 215–217, 224, 258, 264. Brill, Leiden 1999.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens Externes[modifier | modifier le code]