Mouvement des Nigériens pour la justice

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Mouvement des Nigériens pour la justice (MNJ), est un mouvement rebelle touareg au Niger fondé en 2007 dans la région de l'Aïr. Son président est Aghali Alambo, ancien membre du FLAA (Front de Libération de l'Aïr et de l'Azawad) pendant la rébellion touarègue de 1990 et son vice-président, Acharif Mohamed Mokhtar, ancien capitaine des Forces armées nigériennes, qui a déserté en mai 2007. Le mouvement affirme également combattre pour la démocratie et être un mouvement national et pas seulement touareg.

De février à septembre 2007, les combats avec l'armée nigérienne ont fait une quarantaine de morts parmi les militaires loyalistes et plusieurs centaines dans le rang des insurgés. Le mouvement réclame, entre autres, une meilleure répartition des revenus des richesses naturelles, issues des régions du nord, dont l'uranium et le pétrole et la fin de la surexploitation de ses ressources.

Dimanche , des militants armés du mouvement ont enlevé quatre français, salariés de AREVA. Ils les ont libérés le mercredi suivant. Depuis la vaste offensive menée par l'armée nigérienne, le mouvement rebelle s'est retrouvé décapité et coincé au point de faire le premier pas vers des négociations de paix, sous l'égide du "guide de la révolution libyenne" Mouammar Khadafi.

Le 2 septembre 2009, l’état-major et la direction politique du mouvement désavouent et limogent son président et leader Aghali Alambo « en raison d'actes d'une extrême gravité » non précisés dans le communiqué[1].

À partir de fin octobre 2011, Aghali Alambo devient le soutien de Saïf al-Islam Kadhafi[2], probablement contre de l'argent.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

  1. http://www.rfi.fr/actufr/articles/117/article_84306.asp
  2. http://www.lefigaro.fr/international/2011/10/27/01003-20111027ARTFIG00645-seif-al-islam-kadhafi-en-route-vers-le-mali.php lien avec Saïf al-Islam Kadhafi