Mont Cara

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mont Cara
Vue du mont Cara depuis Mindelo.
Vue du mont Cara depuis Mindelo.
Géographie
Altitude 490 m[1]
Massif São Vicente
Coordonnées 16° 51′ 19″ N 25° 03′ 30″ O / 16.8554, -25.0583 ()16° 51′ 19″ Nord 25° 03′ 30″ Ouest / 16.8554, -25.0583 ()  
Administration
Pays Drapeau du Cap-Vert Cap-Vert
Municipalité São Vicente
Géologie
Type Volcan rouge
Activité Éteint
Dernière éruption Inconnue
Code 1804-03-

Géolocalisation sur la carte : Cap-Vert (relief)

(Voir situation sur carte : Cap-Vert (relief))
Mont Cara

Le mont Cara (en portugais : Monte Cara) est un sommet d'origine volcanique situé dans le Nord-Ouest de l'île de São Vicente (Cap-Vert). Avec une altitude de 490 m, il domine le port de Porto Grande et fait face à la ville de Mindelo, implantée à l'autre extrémité de la baie, qui est une caldeira ennoyée[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom – « le mont visage » – fait référence à la forme caractéristique de la montagne évoquant le profil d'un géant couché. Selon certains, il pourrait s'agir de George Washington[2] ou encore d'Henri le Navigateur[3].

Culture[modifier | modifier le code]

Plusieurs autres sommets de l'île – notamment son point culminant, le Monte Verde – sont plus élevés, mais le mont Cara joue un rôle de premier plan dans la culture de São Vicente : c'est véritablement le symbole de Mindelo[4]. Il est très présent dans la littérature[5],[6],[7] et a inspiré en outre le compositeur Manuel de Novas ainsi que l'artiste-peintre Luisa Queiros qui y voit plutôt une « femme de pierre »[1].

Son nom a été donné à un célèbre bar-discothèque de Lisbonne, ainsi qu'à une société de production[8], tous deux créés par Bana, un grand nom de la coladeira. Monte Cara est aussi le titre d'une chanson figurant sur l'album Voz d'Amor (2003)[9] de Cesária Évora, elle-même née à Mindelo.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Michel Lesourd (dir.), « Monte Cara et la baie du grand port », in Le Cap-Vert, les Éd. du Jaguar, Paris, 2006, p. 202-203 (ISBN 978-2-86950-408-0).
  2. (pt) Germano Almeida, O mar na laginha: romance, Editorial Caminho, Lisbonne, 2004, p. 204 (ISBN 9789722116091)
  3. (pt) Boletim da Sociedade de Geografia de Lisboa, volumes 48 à 49, 1930, p. 8.
  4. (pt) « Iluminação do Monte Cara: Surpresa aquém das expectativas da ASA », in A Semana, 22 septembre 2009.
  5. (pt) « Monte Cara » de Maria Helena Sato, in Francisco Fontes (dir.), Destino de bai. Antologia de poesia inédita caboverdiana, Saúde em Português, 2008, p. 272 (ISBN 978-989-958556-0-7[à vérifier : isbn invalide]).
  6. (pt) Germano Almeida, Estórias contadas : crónicas, Caminho, Lisbonne, 1998, p. 126 (ISBN 972-211220-1).
  7. (pt) Henrique Teixeira de Sousa, Capitão-de-mar-e-terra, Publicações Europa-América, 1984, 390 p. (nombreuses références).
  8. (en) Luís Batalha et Jørgen Carling, Transnational Archipelago: Perspectives on Cape Verdean Migration and Diaspora, Amsterdam University Press, 2008, p. 195 (ISBN 9789053569948).
  9. (en) AllMusic

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Ricardo A. S. Ramalho, Building the Cape Verde Islands, Springer, 2011, 207 p. (ISBN 9783642191022) (texte remanié d'une thèse)