Maiazoon orsaki

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Maiazoon orsaki une espèce de vers plats polyclades de la famille des Pseudocerotidae, la seule du genre Maiazoon[1]. Il est nommé Orsak Faltworm par les anglophones, ce qui se traduit par ver plat d'Orsak en français.

Distribution[modifier | modifier le code]

Cette espèce se rencontre dans la zone tropicale indo-pacifique, de l'archipel des Maldives à la Micronésie.

Habitat[modifier | modifier le code]

Son habitat est la zone récifale, sur les sommets ou sur les pentes exposées avec prédilection pour les éboulis.

Description[modifier | modifier le code]

Ce ver plat mesure jusqu'à 5 cm. Il possède un corps de forme ovoïde allongé avec un bord "ondoyé", la partie postérieure du corps est effilée.

La couleur de fond du corps est généralement dans les tons crème translucide à beige avec une fine ligne blanche médiane qui débute en retrait des taches oculaires au niveau de la partie antérieure et se termine juste avant le liseré du bord postérieur. Le pourtour du corps est orné d'une bande orange-brune et surlignée sur l'extérieur par un léger trait noir. La face ventrale présente une coloration similaire à la face dorsale avec la ligne médiane blanche en moins. Les pseudo-tentacules sont formées de plis, sont de forme rectangulaire et bien distinctes.

Maiazoon orsaki est doté de deux organes copulatifs mâles sur la face ventrale antérieure et de trois à cinq orifices génitaux équidistants mais bien séparés des organes mâles.

Éthologie[modifier | modifier le code]

Ce ver benthique peut faire des apparitions diurnes mais aurait plutôt une activité nocturne car comestible par les poissons.

Publication originale[modifier | modifier le code]

  • Newman & Cannon, 1996 : New genera of pseudocerotid flatworms (Platyhelminthes; Polycladida) from Australian and Papua New Guinean coral reefs. Journal of Natural History, vol. 30, n. 10, p. 1425-1441.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. la Turbellarian Taxonomic Database consultée le 8 septembre 2012