Métaphysique des tubes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Métaphysique.
Métaphysique des tubes
Auteur Amélie Nothomb
Genre Roman
Pays d'origine Drapeau de la Belgique Belgique
Éditeur Albin Michel
Date de parution 2000
Type de média Livre
Nombre de pages 156
ISBN 2-226-11668-0
Chronologie
Précédent Stupeur et Tremblements Cosmétique de l’ennemi Suivant

Métaphysique des tubes est le neuvième roman d'Amélie Nothomb, publié en 2000 chez Albin Michel. Il s'agit d'un roman autobiographique portant sur les trois premières années de la vie de l'écrivain belge.

Résumé[modifier | modifier le code]

Les jardins zen japonais qui fascinent la petite Amélie

Dans ce roman, la jeune romancière belge narre sa vie au Japon jusqu’à l’âge de trois ans. À sa naissance et jusqu’à l’âge de deux ans et demi, Amélie est considérée par tous comme un « tube digestif inerte et végétatif dont les activités se bornent à ses besoins primaires[1] ». Cette vie passive est à l’origine d’une réflexion sur la vie, sur Dieu, mais aussi l’occasion de faire un portrait humoristique, voire satirique, de la vie familiale du point de vue d’un tube. À partir de l’âge de deux ans et demi, Amélie perd ce statut presque divin de tube[2] pour devenir une enfant « normale » et décrit de façon humoristique la vie de son entourage.

Thèmes exposés[modifier | modifier le code]

  • Le regard,
  • le parallélisme entre la divinité et la réalité,
  • Réappropriation du récit avant l'apparition du moi/je,
  • l'eau,
  • la peur (des carpes koï).

Éditions[modifier | modifier le code]

Éditions imprimées
Livre audio

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Au commencement il n’y avait rien », Amélie Nothomb, Métaphysique des tubes, p. 7
  2. « C’est pourquoi, à ce stade de son développement, nous appellerons Dieu le tube », Amélie Nothomb, Métaphysique des tubes, p. 9