Livre de Mulling

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Livre de Mulling
Image illustrative de l'article Livre de Mulling
Portrait de saint Jean l'évangéliste, p.193
Artiste Anonyme (scriptorium de l'abbaye de Mulling ?)
Date fin du VIIIe siècle
Technique enluminures sur parchemin
Dimensions (H × L) 16,5 × 12 cm 99 folios reliés (198 pages)
Localisation Bibliothèque de Trinity College, Dublin (Drapeau de l'Irlande Irlande)
Numéro d'inventaire Ms.60

Le Livre de Mulling est un manuscrit enluminé, contenant les évangiles et d'autres textes liturgiques, réalisé en Irlande à la fin du VIIIe siècle. Il est actuellement conservé à la bibliothèque de Trinity College de Dublin.

Historique[modifier | modifier le code]

Le manuscrit contient un colophon situé à la fin de l'évangile de Jean et indiquant : « le scribe s'appelle Mulling ». C'est une allusion à saint Moling (en), saint irlandais mort en 698. Cependant, le manuscrit est daté de la fin du VIIIe siècle. Le colophon a donc été lui-même recopié d'un manuscrit plus ancien. Le livre vient tout de même probablement du monastère de St Mullin's (en), dans le Leinster[1].

Le manuscrit est conservé dans la famille Kavannagh de Borris quand il est donné au Trinity College à la fin du XVIIIe siècle[2].

Description[modifier | modifier le code]

Ce livre est un petit évangéliaire, réservé à un usage privé, avec un texte écrit uniquement en minuscule et contenant de nombreuses abréviations, contrairement aux grands manuscrits d'autels. Huit manuscrits de ce type sont recensés, tous provenant d'Irlande[1]. Ce livre contient, outre les évangiles avec une préface et leurs canons de concordances, l'office pour les malades et d'autres fragments de textes liturgiques[2].

le livre contient encore trois miniatures : les portraits des évangélistes Matthieu, Marc et Jean, tous trois réunis en fin de volume. Ils étaient à l'origine placé au début de chaque évangile, de même que le quatrième portrait de Luc aujourd'hui disparu[1].

Le colophon contient par ailleurs un schéma circulaire accompagnés de textes en vieil irlandais. Ce dessin a été un temps interprété comme un plan d'une abbaye irlandaise. Pour d'autre, il s'agirait plutôt d'un dessin schématique inspiré de manuscrits carolingiens[3].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Carl Nordenfalk, Manuscrits Irlandais et Anglo-Saxons : L'enluminure dans les îles Britanniques de 600 à 800, Paris, éditions du Chêne,‎ 1977, 126 p. (ISBN 2-85108-116-0), p. 48-55
  • (en) Hugh Jackson Lawlor, Chapters on the Book of Mulling, Edinburgh, David Douglas,‎ 1897 (lire en ligne)

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Nordenfalk, p.126
  2. a et b Notice du catalogue en ligne
  3. Lawrence Nees, « The colophon drawing in the Book of Mulling: a supposed Irish monastery plan and the tradition of terminal illustration in early Medieval manuscripts », Cambrian medieval Celtic studies, n°5, Summer 1983, pp. 67–91