Les Guérillères

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Guérillères est un roman de Monique Wittig paru en 1969 aux éditions de Minuit.

Résumé[modifier | modifier le code]

Paragraphe après paragraphe, le roman décrit la vie, les rites et les légendes d'une communauté entièrement composée de femmes. Vivant entre elles, partageant une sexualité lesbienne, elles rejettent les images de la femme pour sortir de l'aliénation.

La deuxième moitié du roman raconte la lutte armée de ces femmes, contre certains hommes qui veulent combattre leur liberté. Certains hommes s'associent à elles dans leur lutte d'Amazones.

Réception[modifier | modifier le code]

Les Guérillères a été traduit en anglais, pour paraître aux États-Unis en 1971. Ce roman est depuis souvent commenté dans les universités américaines (voir les liens externes).

Commentaires[modifier | modifier le code]

Le roman commence (et se clôt) par un poème-manifeste en majuscules (« ELLES AFFIRMENT TRIOMPHANT QUE/TOUT GESTE EST RENVERSEMENT »). Le récit se déroule sur la page de gauche face à la page de droite qui sert de page d'histoire contre laquelle se crée l'épopée des Guérillères. Ce texte se présente sous forme de paragraphes courts dont la forme s'inspire des laisses de la chanson de geste médiévale (Chanson de Roland, Guillaume d'Orange) prose poétique. Toutes les cinq pages s'alignent des listes de prénoms féminins et féminisés qui sont les stèles de mémoires des mortes ; ces femmes qui dans l'antiquité n'ont laissé de souvenir au contraire des héros et des politiques que sur les stèles funéraires. Par trois fois se répète le symbole du cercle ; cycle, ouroboros, labyrinthe sans chemin, thiase dyonisiaque…

Le pronom le plus utilisé est le pronom elles auquel l'auteur entend rendre son usage et sa légitimité, contre l'universalisation du masculin. Monique Wittig a dans La Pensée straight décrit ce roman comme une utopie ou une épopée féministe.

L'auteur reconnaît avoir repris des citations de plusieurs ouvrages qu'elle cite en fin d'ouvrage en une longue liste, d'Aristophane à Herbert Marcuse.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]