Les Chats persans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Chats persans

Titre original Kasi az gorbehaye irani khabar nadareh
Réalisation Bahman Ghobadi
Scénario Bahman Ghobadi
Hossein M. Abkenar
Roxana Saberi
Pays d’origine Iran
Sortie 2009
Durée 101 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Les Chats persans (کسی از گربه های ایرانی خبر نداره, Kasi az gorbehaye irani khabar nadareh) est un film iranien du réalisateur kurde iranien Bahman Ghobadi produit par la société française Wild Bunch et mettant en scène Ashkan Koshanejad, Negar Shaghaghi et Hamed Behdad. Projeté pour la première fois au festival de Cannes - Un certain regard en 2009, il y remporte le prix spécial du Jury[1],[2],[3].

Synopsis[modifier | modifier le code]

À leur sortie de prison, une jeune femme, Negar, et un jeune homme, Ashkan, décident de réaliser leur rêve : monter leur propre groupe de musique. Les deux compères parcourent alors Téhéran à la recherche d'autres musiciens « underground ». N’ayant aucune chance de se produire là-bas, ils envisagent très vite de quitter l’Iran pour tenter leur chance en Europe. Mais sans argent ni passeport, difficile de sortir de la clandestinité…

Fiche technique[modifier | modifier le code]

  • Titre : Les Chats persans
  • Titre original : کسی از گربه های ایرانی خبر نداره, Kasi az gorbehaye irani khabar nadareh
  • Réalisation : Bahman Ghobadi
  • Scénario : Bahman Ghobadi, Hossein M. Abkenar, Roxana Saberi
  • Photographie : Turaj Mansuri
  • Montage : Haydeh Safi-Yari
  • Production : Roxana Saberi, Bahman Ghobadi, Mehmet Aktas
  • Pays d'origine : Iran
  • Langue : Persan
  • Format : Couleur - 2,35:1 - Dolby - 35 mm
  • Durée : 101 minutes
  • Date de sortie : 2009

Distribution[modifier | modifier le code]

Destin tragique[modifier | modifier le code]

Certains acteurs de ce film qui jouaient en fait leurs propre rôle (Arash et Soroush Farazmand ainsi que Ali Eskandarian) ont été tués durant une fusillade dans leur immeuble à New York commise par un certain Mohammadi Rafie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Thomas Sotinel, « “Les Chats persans” : prologue musical au printemps iranien », Le Monde,‎ 22 décembre 2009 (ISSN 0395-2037, lire en ligne)
  2. Olivier Nuc, « En Iran, le rock fait de la résistance », Le Figaro,‎ 23 décembre 2009 (lire en ligne)
  3. Jean-Pierre Perrin, « Le cri persan du rock », Écrans,‎ 24 décembre 2009 (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]