Le fils du père Duchêne Illustré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le fils du père Duchêne Illustré est le nom sous lequel parurent 10 numéros du journal Le Père Duchêne, du 21 avril au 24 mai 1871, présentés dans le tableau ci-dessous. La collection permet de suivre de façon imagée les événements les plus marquants de la Commune, le dernier numéro qui a paru pendant la Semaine sanglante représentant même le départ de la Commune.

1 - 1er Floréal 79 2 - 6 Floréal 79 3 - 10 Floréal 79
21 avril 1871 26 avril 1871 30 avril 1871
La colonne Vendôme Le petit Thiers Le général Dombrowski
PereDuchesneIllustre1 1 0.png PereDuchesneIllustre2 1 0.png PereDuchesneIllustre3 1.png
Le père Duchesne face à la statue de Napoléon Ier au sommet de la colonne Vendôme La Commune tenant Thiers sous forme d'un nouveau-né chétif Dombrowski sabre à la main mettant en déroute les Versaillais
Eh ben ! bougre de canaille, on va donc te foutre en bas comme ta crapule de neveu !... Et dire qu'on voudrait me forcer à reconnaître ce crapaud-là!... Un bon bougre!... nom de dieu!...


4 - 13 Floréal 79 5 - 17 Floréal 79 6 - 20 Floréal 79
3 mai 1871 7 mai 1871 10 mai 1871
Le dictateur Thiers Les guignols politiques Les guignols politiques
PereDuchesneIllustre4 1 0.png PereDuchesneIllustre6 1 0.png PereDuchesneIllustre6 1 0a.png
Thiers chevauchant un escargot en route pour Paris La commune et Thiers cachant une malle pour Cayenne (en guignols) Le général Vinoy brandissant son gros bâton au-dessus de la Commune allongée au sol, seins nus (en guignols)
En avant!... foutre de foutre!...et gare aux Parisiens!... Tu veux que je dépose ma trique ... As-tu fini ! D'abord, montre donc ce que tu caches derrière ton dos petit Foutriquet!.... Le rêve de ce gros jean-foutre de Vinoy.


7 - 24 Floréal 79 8 - 27 Floréal 79 9 - 1er Prairial 79
14 mai 1871 17 mai 1871 21 mai 1871
Le citoyen Courbet Le rêve de Badinguet Les cartes d'identité
CourbetColonne.png PereDuchesneIllustre8 1 0.png PereDuchesneIllustre9 1 0.png
Gustave Courbet renversant une "colonne Rambuteau" (un urinoir) Napoléon III en chauve-souris soupesant Thiers et la République Une jeune femme face à M. Prudhomme (bourgeois-type), le journal 'le Père Duchêne" à la main, qui porte en bandoulière un écriteau
Foutant en bas toutes les colonnes ... de Paris

plus grand

De gouverner, toujours avide,

Voilà mon plan: - Il est splendide!-
Je les fais battre tous les deux,
J'attends qu'ils se mangent entr'eux
Et quand la mort a fait le vide
Je rentre à Paris..., si je PEUX !
                Napoléon.
Devant ce plan lâche et stupide
Chacun de nous, avec esprit,
À ce monstre chauve... sourit!

Sur l'écriteau on lit :

J. PRUDHOMME
Signalement
Nez ... gociant
Œil ... de perdrix
Bouche ... trou
Bataillon des vétérans.

- Eh bien, mon vieux Joseph, toi qui a tant gueulé contre ces petites dames du boulevard, te voilà donc comme elles!... On t'a aussi foutu une carte.
- Ce n'est pas la même chose, mademoiselle, la mienne est une carte de civisme et la vôtre une carte de ... cynisme!...


10 - 4 Prairial 79
24 mai 1871
Le départ de notre bonne Commune
PereDuchesneIllustre10 1 0.png
Le fils Duchesne en Fédéré avec la commune qui fait sa valise. (C'est la Semaine sanglante)
- Eh ben ! ma bonne Commune, qu'est que tu fous donc là? ...

- Dame! mon petit Duchêne, je fais mes malles... puisque M.Thiers m'a foutu mes huit jours. Seulement, tu vois, je ne me presse pas trop.

Lien externe[modifier | modifier le code]