Lac Croche (Sainte-Thècle)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Croche

Note: ne pas confondre avec le lac Bouton, situé dans le Canton Lejeune à Sainte-Thècle, dont l'ancienne appellation était "lac Croche".

Lac Croche (Sainte-Thècle)
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Subdivision Drapeau : Québec Québec
Géographie
Coordonnées 46° 49′ 55″ N 72° 30′ 00″ O / 46.83194, -72.546° 49′ 55″ Nord 72° 30′ 00″ Ouest / 46.83194, -72.5  
Type Naturel
Longueur 3,9 km
Largeur 350 m
Hydrographie
Alimentation Décharge du lac des tounes
Émissaire(s) Décharge du lac du lac Croche

Géolocalisation sur la carte : Canada

(Voir situation sur carte : Canada)
Lac Croche (Sainte-Thècle)

Le Lac Croche est situé à Sainte-Thècle, dans la MRC de Mékinac, en Mauricie, au Québec, Canada. Dès le début de la colonisation de Sainte-Thècle (à partir de 1867), le territoire autour du lac a été exploité pour la foresterie et l'agriculture. Dès le milieu du 20e siècle, la villégiature s'est développée intensément. De nos jours, un ensemble d'attraits récro-touristiques du lac en font sa renommée.

Toponymie[modifier | modifier le code]

La Banque des noms de lieux de la Commission de toponymie du Québec comporte 293 toponymes utilisant le qualificatif "Croche"[1]. Au XIXe siècle, le qualificatif "Croche" a été adopté couramment en baptisant les cours d'eau au fur et à mesure de la colonisation ou de l'exploration des territoires. Au Québec, le nombre élevé d'homonymies "Lac Croche" crée une certaine confusion; en conséquence, beaucoup de toponymes "Lac Croche" sont remplacés progressivement par des toponymes plus distinctifs.

Le toponyme "Lac Croche" a été inscrit officiellement le 5 décembre 1968 à la Banque des noms de lieux de la Commission de toponymie du Québec[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Lac Croche de Sainte-Thècle fait partie d'une série de lacs enlignés dans l'axe nord-sud entre Hervey-Jonction et Saint-Tite: lac en Cœur (Lac-aux-Sables), lac des tounes, lac Croche, Lac des Chicots (Sainte-Thècle), lac à peinture, la Trottier, lac à la Perchaude et l'ancien lac Kapibouska (formé par un renflement de la rivière des Envies). À cause d'une fracture géologique de l'écorce terreste, le Lac des Chicots (Sainte-Thècle) et le lac Croche sont situés au pied d'une longue falaise plus ou moins régulière (située du côté Est de cette chaine de lacs).

D'une longueur de 3,9 km (incluant un détroit de 0,4 km entre l'embouchure et la rue Du Pont), la forme du lac Croche de Sainte-Thècle est surtout en longueur. La partie nord du lac (la plus importante en surface) ressemble à un gros concombre légèrement difforme, d'une longueur de 2,4 km et une largeur maximale de 0,32 km. Une passe d'environ 0,53 km en longueur comportant quelques crochets et des baies, relie la partie nord et la partie sud du lac. La connotation "Croche" s'applique davantage à cette passe étroite. La partie sud du lac (d'une longueur de 0,45 km et d'une largeur de 0,35 km) a la forme d'une botte dont le bout pointe vers l'embouchure, du côté ouest. Au centre de cette partie, la municipalité a aménagé une fontaine géante illuminée.

Le "Lac en coeur" (au nord-ouest du village d'Hervey-Jonction) constitue le lac de tête de la "rivière en coeur" qui descend vers le sud en traversant le "Lac des Tounes" (d'une longueur de 0,2 km). La décharge du lac des tounes (désignée "Rivière en coeur") se jette par le nord dans le lac Croche. L'embouchure du lac Croche (située au sud-ouest) se déverse dans la "rivière en coeur" qui relie la décharge du Lac des Chicots (Sainte-Thècle) à l'endroit où Clément Saint-Amand avait exploité un moulin à scie, au rang Saint-Michel-sud. Cette dernière décharge se déverse dans la rivière des Envies.

Le Parc Saint-Jean Optimiste qui a été aménagé sur la rive sud-est au coeur au village de Sainte-Thècle, est un centre d'attraction populaire pour les résidents et les visiteurs, surtout en été. Il comporte une magnifique plage, des tables de pique-nique, des aires d'activités pour enfants et diverses accommodations pour l'organisation d'événements populaires. La promenade riveraine désignée Laurent Naud qui part de la rue Du pont et se dirige vers le Parc Saint-Jean Optimiste permet de contempler les attraits du lac.

Histoire[modifier | modifier le code]

La colonisation du territoire de Sainte-Thècle, situé dans la Seigneurie de Sainte-Anne-de-la-Pérade, a commencé par le défrichement des lots du rang Saint-Michel qui borde du côté ouest les Lac des Chicots (Sainte-Thècle) et "lac Croche". Au tout début de la colonisation locale, une première route rudimentaire reliait la route du rang des Pointes de Saint-Tite à ce territoire forestier (situé plus au nord) qui s'ouvrait à la colonisation. Avant la construction de routes et de ponts enjambant les calvettes, les routes de glace sur les lacs aux chicots et Croche permettaient aux familles de colons de se déplacer en hiver vers Saint-Tite, chef-lieu de la région, ou encore vers les chantiers forestiers, jusqu'au lac du Missionnaire. En été, les colons utilisaient des chalands ou des embarcations légères.

Cette chaine de lac est bordé du côté est par le rang Saint-Pierre, qui s'est colonisé rapidement après le rang Saint-Michel et Saint-Joseph.

Le lac Croche a servi notamment pour la flottaison des billots dirigés vers le moulin à scie de Théophile Magnan, puis son fils Napoléon Magnon, construit à l'embouchure du lac Croche, près du barrage[3],[4].

Le pont couvert du lac Croche, reliant le rang Saint-Michel-nord et la rue Du Pont, dans le village d'en bas, a été démoli en juillet 1955 pour être remplacé par le pont actuel.

Au plus froid de l'hiver, la glace sur le lac Croche était sciée en cubes au godendart par des hommes pour fin de remplir les glacières des résidents du village ou des rangs. Ils sortaient la glace avec des crochets à glace. Une glaciaire publique était située au bord du lac, près de la rue Tessier[5].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Geographylogo.svg

Les coordonnées de cet article :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Commission de toponymie du Québec - Banque des noms de lieux - Recherche toponymiques effectuées le 9 novembre 2013 »
  2. « Commission de toponymie du Québec - Banque des noms de lieux - Lac Croche »
  3. René Veillette, Journal Le Dynamique, 9 mai 1973, p. 2, chronique sur l'histoire de Sainte-Thècle - "Le bateau à vapeur du père Christophe", soulignant que le bateau à vapeur servait au transport du bois vers le moulin à scie.
  4. Gaétan Veillette, Journal Le dynamique, 3 avril 1974, p. 4, chronique sur l'histoire de Sainte-Thècle - Les moulins de Théophile Magnan.
  5. Gaétan Veillette, Journal Le Dynamique, 5 nov. 1975, p. 10, chronique sur l'histoire de Sainte-Thècle - Les glacières du Lac Croche.