Klangfarbenmelodie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Littéralement en l'allemand, le terme klangfarbenmelodie signifie « jeu de mélodie et de timbre ». Cette technique musicale consiste à confier aux différents instruments des interventions très concises dans un kaléidoscope de timbres différents. Les instruments de l'orchestre n'ont pas de rôle mélodique à proprement parler, mais chacun contribue à l'élaboration d'une mélodie globale et générale. Les compositeurs comme Anton Webern (Cinq pièces pour orchestre op. 10), Arnold Schönberg, ou encore Alban Berg ont beaucoup eu recours à cette technique mais c'est principalement Hector Berlioz qui a initié cette pratique dans les années 1830.

La notion de Klangfarbenmelodie a été forgée par Arnold Schönberg dans son Traité d'harmonie (1911)[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Brice Leboucq, « Chronique rétrospective du XXe, publié dans Études, tome 395 », sur Cairn.info,‎ (consulté le 3 février 2015)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]