Jean Ier de Lantwyck

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Jean de Rode de Lantwyck)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Jean de Horst, son grand-père.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lantwyck.
Article principal : Maison de Lantwyck.
L'entrée du château ainsi que le grand donjon sont très certainement les parties les plus anciennes du château.

Jean de Rode dit de Lantwyck, chevalier, sire de Horst, seigneur de Lantwyck (Linkhout), Vorselaer, Rethy, Blanden et d'autres terres[1] épousa[2], le 27 mars 1292, Marguerite de Brabant dite de Tervueren, fille naturelle légitimée du duc Jean Ier de Brabant.

Descendance[modifier | modifier le code]

 
 
Jean Ier de Lantwyck
x Marguerite de Tervueren
De rode de lantwyck - de brabant.jpg
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Arnold
 
 
 
Margarete [3]
x Gerard van Duffel
Sire de Rethy
 
 
 
 
 
 
 
Adam II
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Jean II
Dernier seigneur de Horst
Seigneur de Blanden (1388)
Seigneur de Vaalbeek (1394)
 
 
 
Maria
Dame de Rethy
x Jan van Kraainem
 
 
 
 
 
 
 
Jean, fils naturel
Seigneur de Vaalbeek
x Elisabeth N...
De lantwyck.jpg
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

voir aussi tableau p. 704-705 et Héraldique vivante p. 698-699 dans LE PARCHEMIN no 250 de juillet-août 1987, Bulletin bimestriel de l'Office généalogique et héraldique de Belgique

Armes des seigneurs de Rode et Horst et la famille (de/van) Lantwyck[modifier | modifier le code]

Armes comme décrites[4]: d'argent à trois fleurs de lis au pied coupé[5] de gueules (Rode), au franc-quartier d'or a trois pals de gueules (Malines). Le franc quartier est parfois brisé d'un franc quartier d'hermines qui est Rethy. Cimier : une fleur de lis de l'écu[6]. (nombreuses variantes)

Propriétaires successifs du château de Horst du XIIIesiècle à 1369[modifier | modifier le code]

Bibliographie connexe[modifier | modifier le code]

« Nous ne savons pourquoi les seigneurs de Rhode-Saint-Pierre reçurent ou prirent le surnom de Lantwyck et comment ce surnom devint le patronyme de leurs descendants. Nous supposons qu'il faut chercher son origine dans une seigneurie de ce nom que nous trouvons le 12 janvier 1485 en la possession de maître Jacques de Gondebault, secrétaire du duc de Brabant, avec celle de Linkhout; M. Frédéric Collon a bien voulu nous apprendre que Lantwyck se situait à Linkhout et constituait une seigneurie indépendante de celle du village. »

Graphie du patronyme[modifier | modifier le code]

« Le patronyme s'écrit indifféremment de Lantwyck, de Lantwijck (surtout dans les actes en latin des XVe et XVIe siècles), van Lantwijck ou van Landewijck, parfois sans particule, voire de Landuyck qui paraît être une graphie inspirée de la prononciation de ce nom par les Wallons. (Chanoine Jean Cassart) »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

« En 1261 le château prend de l'importance et des constructions plus imposantes débutent avec Jean de Horst. »

« L’histoire de cette demeure remonte au XIIIe siècle quand Rode échut dans les mains des Lantwijck dont un Jean épousa vers 1291 Marguerite de Brabant, fille naturelle du duc Jean Ier. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les seigneurs de Rode étaient les vassaux du duc de Brabant
  2. Source: F. COLLON, Armorial de Wavre et environs (Bruxelles, 1952), p. 92
  3. Margarete de Landewyck, femme de Gérard de Duffle, sire de Rhetie, à laquelle Jean III, duc de Brabant, donna heritablement son vivier à Elsele, près de Bruxelles, et la qualifie expressément sa cousine, ès-lettres sur ce dépeschées le lendemain après la feste du S. Sacrement en MCCCXXX (Chartrier de l'abbaye de Cameren).
  4. Source: J.C. BRABANT-C. FONTEYN, Temps Jadis, Armorial de Jodoigne et environs (1998) : de Lantwyck (van): famille chevaleresque qui descend de Jean de Rode dit de Lantwyck, sire de Horst, Seigneur de Vorselaer, Rethy, Blanden, qui épousa le 27-3-1292 Marguerite de Tervueren, bâtarde de Jean Ier de Brabant. On la retrouve dans la région de Hoegarde au XVIIe siècle et Jean de Lantwyck (†1667) acquit la Seigneurie de Genville à Saint-Remy-Geest en 1657.
  5. Le terme de « au pied coupé » signifie que la fleur de lys est représentée sans racine. On parle aussi de pied nourri.
  6. Cfr de Raadt, sceau des échevins de Blanden.
  7. Ces armes sont connues entre autres par le dessin qui a été conservé du monument funéraire de Jean de Lantwyck (†1667), seigneur de Genneville, et de sa compagne Marie Collart, monument qui avait été érigé en la chapelle de l'Ecluse, près de Hoegaarden.
  8. Source: Voir P. Combaz et A. de Behault, Le Château de Horst à Rhode-Saint-Pierre, in Annales de la Société Royale d'Archéologie de Bruxelles, t. VI et VII (1892-1893).
  9. Dernier seigneur de Horst, seigneur de Blanden (1388), seigneur de Vaalbeek (1394)
  10. Famille alliée aux Lantwyck à maintes reprises, ce qui leur a valu d'adjoindre leurs noms par Arrêté Royal du 14 déc. 1990.