Avenue İstiklal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Istiklal Caddesi)
Aller à : navigation, rechercher

41° 02′ 03″ N 28° 58′ 44″ E / 41.03416667, 28.97888889 ()

Avenue İstiklal à Beyoğlu dans le district d' Istanbul.
Çiçek Pasajı (Passage des fleurs), aussi connue comme son nom français Cité de Péra, est l’un des bâtiments historiques qui font l’avenue.

L’avenue Istiklal, en turc İstiklal Caddesi, littéralement « avenue de l’Indépendance », anciennement connue sous le nom de Grande Rue de Péra, est l'une des plus célèbres avenues d’Istanbul (Turquie). L’avenue est parcourue par près de 3 millions de personnes par jour le week-end. Située dans le quartier historique du district de Beyoğlu, c'est une rue piétonne d’environ trois kilomètres de long, qui abrite des boutiques, magasins de musique, librairie, galeries d'art, cinémas, théâtres, bibliothèques, cafés, pubs, boîtes de nuit avec musique en direct, pâtisseries historiques, chocolateries et restaurants. L'avenue, avec une architecture turque du XIXe siècle[réf. nécessaire], relie le quartier génois autour de la tour de Galata à la place de Taksim.

La place de Galatasaray est située environ au centre de l’avenue, et abrite l’un des meilleurs établissements d’enseignement mis en place en Turquie au moment de l’Empire ottoman, initialement connu sous le nom de Galata Sarayi Enderun-u Hümayunu (Galata Imperial Palace School) et aujourd’hui connu sous le nom de Galatasaray Lisesi (lycée de Galatasaray).

Dans le quartier historique Karaköy vers la fin de l'avenue, il est possible de voir la deuxième plus ancienne station de métro du monde[réf. nécessaire], généralement connu et désigné comme Tünel qui est entré en service en 1875[réf. nécessaire]. En outre, la German High School d'Istanbul (Özel Alman Lisesi en turc) est également situé près de Tünel.

L'avenue cosmopolite est entourée par des immeubles d'une grande importance politique et historique, tels que le Çiçek Pasajı (« passage des fleurs ») où se trouvent de petits restaurants et des tavernes, Balık Pazarı (« marché aux poissons »), les églises catholiques de Santa Maria et S. Antonio di Padova, la grecque orthodoxe Haghia Triada, l'église arménienne (avec de nombreuses autres églises), différentes synagogues, mosquées, des établissements universitaires établis par divers pays européens tels que l'Autriche, la France, l'Allemagne et l'Italie au début du XIXe siècle, les consulats (anciennes ambassades avant 1923) de plusieurs pays dont la France, la Grèce, la Russie, l'Espagne, la Suède, les Pays-Bas et le Royaume-Uni.

Durant l'Empire ottoman, l'avenue a été appelé Cadde-i Kebir (« Grand Avenue ») et a été un endroit populaire pour les intellectuels ottomans, devenant également un centre pour les étrangers européens, les italiens locaux et les levantins français qui l'ont évoqué en tant que la « Grand Rue de Péra ». Les voyageurs du XIXe siècle évoquaient Constantinople (aujourd'hui Istanbul) comme le « Paris de l'Orient », et ont mentionné la Grand Rue de Péra (Istiklal Caddesi) et sa culture moitié européenne moitié asiatique[réf. nécessaire]. Avec la déclaration de la République le 29 octobre 1923, le nom de l'avenue a été changé en İstiklal (Indépendance) pour commémorer la victoire lors de la guerre d'indépendance turque.