Inscription du Dipylon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Détail de l'œnochoé : l'inscription est visible sur le haut de la panse

L’« inscription du Dipylon » est un texte assez court figurant sur un vase grec datant de 740 av. J.-C. approximativement. Cette inscription constitue, avec celle de la « Coupe de Nestor », le plus ancien exemple connu de l'usage de l'alphabet grec. Le vase est une œnochoé (cruche à vin), trouvée en 1871, et il tire son nom du lieu de sa découverte, le cimetière antique du Dipylon, près de la porte du même nom, à l'entrée de la nécropole du Céramique à Athènes. Le style est du géométrique tardif, qui correspond à la période 750-700 av. J.-C. La pièce est exposée au Musée archéologique national d'Athènes (inv. 192).

Le texte[modifier | modifier le code]

Il est constitué d'une forme archaïque de l'alphabet grec (variante occidentale d'Eubée, groupe rouge selon la classification de Kirchhoff) et est écrit de droite à gauche. Comme toujours dans ce cas, les lettres sont inversées en miroir par rapport aux caractères grecs modernes. Il est inscrit en cercle sous le col du vase et est constitué de 46 caractères, dont les 35 premiers constituent clairement un vers grec, et plus précisément un hexamètre dactylique. Les 9 lettres suivantes sont manifestement le début d'un second vers du même type. Cette versification permet de juger plus nettement de la longueur de certaines voyelles, bien que l'alphabet de l'époque ne fasse pas encore la distinction entre voyelles brèves et longues. En effet, cet alphabet archaïque ne connaît pas encore la lettre oméga et n'a pas encore assigné au êta la valeur de "e long". Cette dernière lettre (H) note encore une aspiration, comme dans l'alphabet latin.

Le texte de l'inscription se lit comme suit :

ΗΟΣΝΥΝΟΡΧΕΣΤΟΝΠΑΝΤΟΝΑΤΑΛΟΤΑΤΑΠΑΙΖΕΙΤΟΤΟΔΕΚΛΜΙΝ

soit :

hος νῦν ὀρχεστôν πάντον ἀταλότατα παίζει,
τô τόδε κλ[.]μιν[...]

Avec l'alphabet classique, le texte serait :

ὃς νῦν ὀρχηστῶν πάντων ἀταλώτατα παίζει,
τῶι τόδε κλ[.]μιν[...]

Malgré les lacunes, le texte présente manifestement le vase comme un prix d'un concours de danse. En le traduisant littéralement, on obtient :

Parmi les danseurs, pour celui qui joue maintenant avec le plus de légèreté
je serai un prix...

(C'est le vase qui "parle")

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  • L'article est en grande partie issu de en:Wikipedia
  • B. Powell (1988), The Dipylon Oinochoe Inscription and the Spread of Literacy in 8th Century Athens, Kadmos, 27, 65- 86.
  • A. Kontogiannis (1999), "Η γραφή" . In Ιστορία της ελληνικης γλώσσας, Athènes, Elliniko Logotechniko kai Istoriko Archeio, éd. M. Z. Kopidakis, p. 360-379.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Photo du vase et reproduction de l'inscription : Bibliotheca Augustana corpus : Online text and image