Hystérésis magnétique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Modèle théorique de Stoner-Wohlfarth (en) de l'aimantation (m) en fonction du champ magnétique (h). Partant de l'origine, la courbe atteint une valeur de saturation, puis suit la courbe supérieure lors de la baisse puis de l'inversion du champ magnétique. La courbe inférieure marque le « retour » après saturation, terminant la première « boucle ». Les points hc et mrs désignent respectivement le champ coercitif et saturation rémanente.

L'hystérésis magnétique désigne le phénomène d'hystérésis observé lors de l'aimantation d'un matériau. Ainsi, lorsqu'un champ magnétique externe est appliqué à un matériau ferromagnétique tel le fer, les dipôles électriques atomiques s'alignent en fonction de ce dernier. Lorsque le champ est retiré, une partie de l'alignement demeure au sein du matériau. Ce dernier a été aimanté.

La relation entre la force du champ (H) et la magnétisation (M) n'est pas linéaire. Ainsi, si le matériau est démagnétisé (H = M = 0), alors la courbe d'aimantation initiale augmente rapidement au début, puis devient asymptotique en atteignant le point de saturation magnétique (en). Si, par la suite, le champ magnétique est réduit de manière monotone, alors M suit une courbe différente, d'où le phénomène d'hystérésis[1]. Lorsque le champ devient nul, la magnétisation est décalée de l'origine d'une valeur égale à la rémanence[1].

Les cycles d'hystérésis ne sont pas limités aux matériaux ferromagnétiques. Ainsi, d'autres matériaux tels les verres de spin présente des caractéristiques similaires[2].

Lien entre le courant magnétisant (en bleu), et le flux (en vert) ici en cas de saturation


Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Magnetic hysteresis » (voir la liste des auteurs)

  1. a et b Oscar Cubero, « 1.2 Cycle d'hystéresis », sur http://www2.unine.ch,‎ 1 novembre 2006
  2. (en) P. Monod et J. J. Prejean, « Magnetic hysteresis of CuMn in the spin glass state », J. Appl. Phys., American Institute of Physics, vol. 50, no B11,‎ 1979, p. 7324 (DOI 10.1063/1.326943, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]