Homme et femme devant un tas d'excrément

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Homme et femme devant un tas d’excrément
Artiste Joan Miró
Date 1935
Technique huile sur cuivre
Dimensions (H × L) 23 × 32 cm
Localisation Fondation Joan-Miró, Barcelona

Homme et femme devant un tas d'excrément est une peinture à l'huile sur cuivre réalisée par Joan Miró entre le 15 et le 22 octobre 1935. L’œuvre est fait actuellement partie de la collection permanente de la Fondation Joan-Miró à Barcelone[1] et a été obtenue grâce à une donation de Pilar Juncosa de Miró[2],[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Pendant l'année 1934, différents événements sociaux eurent lieu. Ils dégradèrent la situation politique et politisèrent la vie publique espagnole. Cette situation, préludes de changements éminents, affecta l'artiste qui peignit cette œuvre[4].

« Inconsciemment, je vivais l'atmosphère de malaise qui caractérisent des moments où quelque chose de grave va fatalement se passer. C'est comme avant la pluie : la tête lourde, mal aux os et une humidité asphyxiante. C'était un malaise plus physique que moral. Je pressentais une catastrophe et ne savais pas laquelle : ç'ont été les guerres civile espagnole et mondiale. J'ai essayé de représenter cette ambiance tragique qui me torturait et que je sentais au fond de moi. »

— Joan Miró

Description[modifier | modifier le code]

Sur un puissant clair-obscur, cette peinture représente un homme et une femme semblant étendre les bras pour se rapprocher sans arriver à avoir un quelconque contact. les deux figures ont des formes extravagantes, avec des organes génitaux démesurés. L'excrément apparaît au fond de l'œuvre, à droite, érigée comme un monument[5],[6].

Peinture sauvage[modifier | modifier le code]

Homme et femme devant un tas d'excrément est l'une des œuvre qui font partie de la série nommée par Miro peinture sauvages. Peintes sur cuivres ou sur masonite, elles représentent la réponse de l'artiste aux révoltes à venir et aux futurs désastres de la guerre d'Espagne alors que la société espagnole se polarisait entre 1934 et 1935. La série complète est un ensemble d'œuvres de petits formats, faites avec six peintures à l'huile sur cuivre et six autres sur masonite.

Titre[modifier | modifier le code]

Le titre de l'œuvre provient des paroles de Rembrandt qui obsédaient Miro. Elles trouvent leur traduction plastique sur la partie droite de la composition. Rembrandt assurait que « dans le fumier on trouve des rubis et des émeraudes ».

Expositions majeures[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Numéro de registre F.J.M. 4676.
  2. « Fiche de l’œuvre sur le site de la fondation Miro »,‎ 2011 (consulté en 18 août 2011)
  3. Malet, 1993, p. 35.
  4. Clavero 2010, p. 64.
  5. Erben 2004, p. 80.
  6. (ca) Dada, Surréalisme en Catalogne, 1924-1936: de l'ami des arts au logicophobisme, Barcelone, Polígrafa,‎ 1988 (ISBN 978-84-343-0539-7, lire en ligne), p. 22
  7. (Escudero, 1988) p.182)
  8. (Daniel, 2011)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (ca) Jordi J. Clavero, fondation Joan Miró. guide de la fondation, Barcelone, Ediciones Polígrafa,‎ 2010 (ISBN 978-84-343-1242-5)
  • Walter Erben, Miró, Editorial Taschen,‎ 1/03/2004 (ISBN 978-3-8228-2358-3, lire en ligne)
  • (ca) Carme Escudero et Victòria Izquierdo, œuvre de Joan Miró. Fondation Joan Miró., Barcelone, Ediciones Polígrafa,‎ 1988
  • Rosa Maria Malet, La Fondation Joan Miró et ses collections, Barcelone, Polígrafa,‎ 1993 (lire en ligne), D.L. B-1804-1990
  • (ca) Daniel Marko et Matthew Gale, Joan Miró. L'échelle de l'évasion, Barcelone, Fondation Joan Miró,‎ 2011 (ISBN 978-84-938981-0-6)