Hijo de la Luna

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Hijo de la Luna (trad. en français : Fils de la Lune) est un tube du groupe espagnol Mecano. La chanson est écrite par José María Cano le fondateur du groupe, et interprétée par Ana Torroja. Elle est sortie initialement en 1986 dans l'album Entre el cielo y el suelo (édition Espagne) mais connaîtra d'autres versions en plusieurs langues, et de nombreuses reprises.

Historique[modifier | modifier le code]

En tant que groupe Mecano[modifier | modifier le code]

Créé en 1981, Mecano est un groupe espagnol dont on trouve les albums en section "import" en France (donc plus chers, sans promotion, etc). À partir de leur cinquième album, en 1988, ils adoptent démarche marketing consistant à publier des versions adaptées aux marchés locaux via les filiales de leur maison de disque, notamment en Italie et en France. Hijo de la Luna est l'un des titres qui va se retrouver ainsi de version en version. Il existe en trois langues : la version originale hispanophone (Hijo de la Luna), la version francophone (Dis-moi Lune d'argent) et la version italophone (Figlio Della Luna), à laquelle s'ajoutera une version par la chanteuse en solo. Ces versions se retrouvent sur différents albums, selon les années, parus de manière adaptée aux pays concernés :

  • le titre original en espagnol apparaît sur le 4eme album du groupe, Entre cielo y el suelo, en 1986 et le titre sort en single en Espagne en 1987, comme cinquième extrait de l'album,
  • il sort en version espagnole sur l'album spécialement réédité pour la France Descanso Dominical en 1989 (qui verra le tube "Une Femme avec Une Femme, lui même adapté en langue française dans une seconde version de cet album pour la France, en 1990), album français qui permettra à Mecano de se tenir 83 semaines dans le Top 50 (avec Une femme...)
  • il sort en 1989 sous le titre Figlio della Luna et donne ce titre à l'album éponyme qui contient des versions italiennes des albums Entre El Cielo y El Suelo et de Descanso Dominical), et en format singles et maxi-singles en 1989. Ce sera le seul album du groupe sans morceau espagnol.
  • il apparait sous le titre Dis-moi Lune d'Argent (adapté par D.Burgard en français), en 1991, dans l'album Aidalai (version spécialement éditée pour la France et les pays francophones, qui comprend 7 morceaux en français, 6 en espagnol, 1 instrumental) et le morceau en français sort en single en 1991 (la face B étant l'original en espagnol). C'est à ce moment-là que sont tournés les clips video.
  • il apparait en espagnol dans le dernier album Ana|José|Nacho (qui contient des morceaux originaux et des anciens, version 2 CD) et sous le titre Dis-Moi Lune d'Argent, dans la version française Ana|José|Nacho (1CD), en 1998

Une fois séparés[modifier | modifier le code]

Le groupe se sépare en 1992 (après une réunion en 1998 épisodique pour sortir la compilation Ana|José|Nacho), et chacun des fondateurs du groupe va y aller de sa version :

  • En 2005, Nacho Cano crée en Espagne la comédie musicale Hoy no me puedo levantar[1] qui comprend des titres de Mecano et les siens. On y trouve Hijo de la Luna écrite par son frère José Maria Cano.
  • En 2005. Ana Torroja chante le refrain de "Enfants de la lune", titre rap du groupe marseillais Psy 4 de la rime sur l'album intitulé Enfants de la lune.
  • Le titre sort en single en version mariachi sur la compilation de la chanteuse de Mecano en solo Ana Torroja, en 2006 (avec sortie d'un clip), album Me Cuesta Tanto Olvidarte (titre d'un single du groupe) dans lequel elle reprend uniquement des titres de Mecano réarrangés et qui sera suivi d'une tournée en Espagne.
  • En 2008, Ana Torroja chante le titre en duo avec le chanteur espagnol Raphael, "50 años después" (un clip est diffusé du duo).
  • il est présent en espagnol dans le jeu vidéo de karaoké SingStar Mecano[2] (PS2 et PS3), sorti en 2009
  • En 2010, Nacho Cano sort Nacho Cano Presenta Mecandance, nouvelle comédie musicale, et compilation CD de titres de Mecano remixés version dance, dans lequel il y a Hijo de la Luna (réinterprété vocalement par la troupe).

Reprises[modifier | modifier le code]

Plus de quarante artistes[3] ont repris la chanson. On citera notamment : Montserrat Caballé (version lyrique, dans l'opéra Luna), Sarah Brightman (dans son album La Luna), Lara Fabian (en live dans Un regard 9 live), le groupe rap Psy 4 De La Rime (avec la collaboration de Ana Torroja interprète originale qui fait le refrain sur cette version sortie en France), et Ana Torroja elle-même dans une version réarrangée de son album Me Cuesta Tanto Olvidarte (contenant les titres de Mecano réorchestrés).

Du 28 décembre 1998 au 11 janvier 1999, une version interprétée par la chanteuse espagnole Loona pris notamment la tête des ventes de singles en Allemagne, la seconde place en Suisse et la troisième en Autriche environ dans le même temps.

Le groupe allemand Haggard a repris la chanson dans sa version espagnole sur l'album Tales of Ithiria.

Paroles[modifier | modifier le code]

Les paroles mettent en scène une gitane qui prie la Lune une nuit entière dans le but de se trouver un mari. À la fin de la prière, la Lune lui annonce qu'elle pourra se mettre en couple avec un homme, mais à condition que leur premier enfant lui soit offert en sacrifice. Ainsi quelques mois plus tard, l'enfant nait. Cependant, sa couleur de peau ne ressemble pas ni à celle de sa mère ni à celle de son père, elle est effectivement blanche « tout comme une hermine » et de plus, ses yeux sont gris. Son père en déduit instantanément que sa femme l'a trompé et la poignarde de colère. Puis il emmène son fils au sommet d'une colline voisine où il l'abandonne, exécutant ainsi la condition qu'avait fixée la Lune, alors qu'il n'en savait pourtant rien. La Lune élève alors l'enfant dans le ciel et le prend sous sa protection. Les jours où l'enfant est heureux, la Lune sera pleine, les jours où il criera elle formera un croissant pour lui servir de berceau.

Tout au long de la chanson, le refrain explique que la Lune veut devenir une mère mais ne trouve pas d'amant qui fera d'elle une femme et l'interroge quant à ce qu'elle ferait d'un enfant humain. La chanson fait aussi la critique de certaines mères en demandant combien pourraient-elles aimer leur enfant, alors qu'elles seraient enclins à le sacrifier pour avoir un amant (« que quien su hijo inmola para no estar sola, poco le iba a querer »). La réaction du père est aussi propice à réflexion. Sa fierté et son impulsivité le poussent à tuer sa bien-aimée et le mènent donc à la considérer comme son ennemie. La chanson peut être interprétée comme étant un mythe ayant pour but d'expliquer le cycle lunaire (la forme de la Lune changeant ici selon l'humeur de l'enfant).

Videos[modifier | modifier le code]

Le clip (version française et version espagnole) a été réalisé en 1991[4] par l'artiste québécois Lewis Furey (mari de la chanteuse et actrice Carole Laure). Les deux versions sont quasiment identiques, seuls les plans avec la chanteuse au look androgyne, les deux autres membres jouant des scènes d'émotion (colère, rivalité) et un enfant au tein très blanc, avec un habillage poetique, ont été réalisés dans les deux langues.

Par contre, la version italienne du clip Fliglio della luna est bien différente en qualité et en scénario[5], quasiment filmé en direct, alternant un couple de danseurs avec le groupe (avec la chanteuse, cheveux longs, façon gitane, et les frères Cano habillés en vachers andalous).

En 2005, Ana Torroja chante avec Psy 4 de la rime et apparait fortement dans le clip comme celle qui introduit les morceaux rap et le refrain[6].

Il existe un 3eme clip[7] dans la version mariachi sorti par Ana Torroja en solo en 2006.

Le clip du duo Ana Torroja et Raphael les montre en studio[8] en 2008.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]